Image

Connaissez-vous l’EMDR ?

Cette thérapie, découverte par la psychologue étasunienne Francine Shapiro en 1987, l’EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing), désensibilisation et reprogrammation à l’aide de mouvements oculaires, cible directement le traumatisme.

La stimulation bilatérale de l’EMDR soigne

Grâce à une stimulation bilatérale droite gauche, oculaire, auditive ou sensorielle, la détresse liée à un traumatisme diminue spontanément. Ce phénomène d’apaisement des traumatismes permet la cicatrisation de tous types de traumatisme, des plus forts, tels des souvenirs de guerre, aux plus légers, telle que l’insulte que vous a proféré votre voisin hier soir. Le corps utilise ce phénomène en phase de sommeil paradoxal. Quand vos yeux ont des mouvements rapides, ils guérissent des traumatismes de la veille.

Surtout les traumatismes passés

Si vous avez subi des agressions verbales, physiques, uniques ou répétées, il est normal que vous soyez sur le qui-vive en permanence. L’événement traumatisant n’a pas été digéré et soigné. Cet état de guerre interne peut-être soulagé en quelques séances.

Le protocole EMDR

Après un interview recensant vos traumatismes passés, le thérapeute soignera votre sortie en vous faisant penser à un lieu sûr, un lieu réel ou imaginaire dont l’évocation vous rassurera et vous mettra en paix.

Vous diminuez la détresse liée à l’image et la croyance négative, vous augmentez la véracité de la croyance positive. Une fois celle-ci installée, vous vérifiez, par un scanner imaginaire fait avec la nouvelle croyance, que votre corps est en harmonie avec celle-ci.

Voici le processus d’EMDR résumé :

Voici les différentes phases détaillées…

  • Déterminer la cible
  • Diminuer la détresse de X à 0.
  • Installer la croyance positive de X à 7
  • Vérifier l’écologie par un scanner du corps
  • Partez tranquille

Déterminer la cible

La première phase de cette technique consiste à trouver la « bonne » image, la plus traumatisante, la croyance positive et la croyance négative. Par exemple, si l’image est celle de votre père battant votre frère quand vous aviez cinq ans, la croyance négative « je suis impuissant » provoquera une détresse maximale à 10/10 et un noeud à l’estomac. La croissance positive associée « j’ai des choix » sera vraie pour vous à une hauteur de 2 sur 7. Le maximum, 7, indiquant une sensation de véracité interne de 100%.

Diminuer la détresse

Commence alors la phase de désensibilisation ou de déprogrammation. Le thérapeute vous rappelle l’image, la croyance négative, la sensation corporelle et effectue un balayage de ses doigts devant vos yeux. Il peut aussi vous faire écouter des sons ou vous tapoter alternativement les paumes des mains. Vous verrez alors défiler la scène traumatisante au ralenti, à l’envers, à toute allure ou vous penserez à tout autre événement généralement lié à la croyance. Vous pouvez aussi ne rien ressentir, voir ou entendre et vous ferez alors partie du 1 pour 100 des personnes avec qui cela ne fonctionne pas. Pour les chanceux qui font partie de la majorité, après avoir vu défiler des images venant à vous toutes seules, un blanc pourra s’installer. Cela signifie que vous êtes au bout d’un « canal cognitif », une suite d’événements liés entre eux. Le thérapeute vous rappelle alors l’image originale et vous demandera votre niveau de stress. Ce niveau de stress est appelé SUD (unité subjective de détresse) en langage EMDR. Et, oh miracle, il diminue !!!

On continue ainsi jusqu’à ce que la détresse soit complètement disparue. Ce sera le signe que la croyance positive peut venir à votre esprit et que la phase de reprogrammation peut commencer. Cette guérison est quasi spontanée. Votre esprit sait pertinemment ce dont il a besoin, quelle image ou quel raisonnement vous fera avancer sur la voie de la guérison.

Installer la croyance positive

La croyance positive est requalifiée sur l’échelle de véracité de 1 à 7, appelé VOC pour Validity of Cognition (véracité de la croyance). Les balayages sont alors plus lents, comme pour l’installation du lieu sûr.

Vérifier l’écologie

Quand la VOC est à 7, un scanner imaginaire du corps est effectué avec la croyance positive afin de vérifier que toutes les parties de votre corps approuvent cette nouvelle croyance. Quand aucune partie ne réagit négativement, cela prouve que vous êtes guéri. Sinon le balayage lent recommence.

Partez tranquille

Quand tout est fini, vous pouvez retourner chez vous tranquillement. Sinon, vous visualisez le lieu sûr pour partir l’esprit serein et revenir la prochaine fois en toute sécurité.

Vous vous sentez concernés ? Laissez-moi un message…

5 Responses to “Connaissez-vous l’EMDR ?”

  1. 100lys
    2 janvier 2013 at 21 h 05 min #

    Cela me fait penser aux 3 exercices que j’avais expérimenté :

    – le Brain Gym qui consiste à suggérer à un enfant de tracer le chiffre 8 avec son bras…

    – souligner au crayon ou marqueur le plus lentement possible une ligne dans l’espace d’une feuille…

    – exercice appartenant au yoga : pendant l’inspir tourner la tête lentement de droite pour expirer à gauche…

    • Michel Diviné
      3 janvier 2013 at 6 h 49 min #

      Possible. Francine Shapiro rajoute la cible, la croyance et le scanner…..

  2. anna
    26 septembre 2014 at 10 h 18 min #

    bonjour

    Lors de la pratique de l’EMDR, revit-on systématiquement les scènes traumatisantes ?

    Merci

    • Michel Diviné
      29 septembre 2014 at 11 h 41 min #

      Oui, dans 98% des cas…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mindfulness | Pearltrees - 9 mai 2014

    […] Connaissez-vous l’EMDR ? | Michel Diviné […]

Laissez une réponse

Afficher un lien vers mon dernier article

Comments links could be nofollow free.