Image

Être en paix avec sa mort et celle des autres

Comme vous l’avez vu dans un article précédent sur l’indice de morbidité, beaucoup de personnes se font du souci pour autrui.Que faire pour être en paix avec sa mort et celle des autres ?

Être en paix avec sa mort ou celle des autres ?

Actuellement, ma mère de 90 ans est à l’hôpital pour convulsion. Elle perd la mémoire, des examens n’ont rien révélé, elle ne mange presque rien et je suis confronté à l’absence d’explications de la part du médecin. Dans ce cas, il est essentiel d’être en paix avec sa mort et la mienne. Comme le dit Bert Hellinger :

La mort n’arrive jamais trop tôt.

La plupart du temps, les personnes qui ne sont pas en paix avec la mort des autres ne sont pas en paix avec la leur. La seule exception notable est le cas de l’anorexie, le cas le plus classique étant celui d’une fille voulant inconsciemment mourir à la place de son père. Comme le dit Bert Hellinger dans le cas de boulimie, la fille mange pour la mère et vomit pour le père.

Dans les séances d’EMDR, je fais souvent visualiser à mes clients leur propre mort ou la mort de leurs proches, même s’ils sont vivants. Ainsi, ils peuvent hiérarchiser leurs actions, devenir adultes et dénouer éventuellement des intrications familiales.

Les croyances associées avec sa propre mort

Les images les plus courantes associées à sa propre mort sont de se voir mort ou souffrant à l’hôpital, entouré ou non de ses enfants. Les pensées peuvent être que les enfants ne pourront pas se débrouiller seuls, que l’on aurait du faire quelque chose pour eux.

La croyance « je ne peux pas être en paix avec ma mort » est la plus large et la plus simple. Les autres croyances sont : j’aurais du faire quelque chose, je suis impuissant et je ne peux pas le supporter.

Les séances d’EMDR apportent beaucoup de paix et de recul. Certaines personnes visualisent des métaphores de la nature qui se renouvelle, des saisons qui passent. D’autres tombent dans un trou sans fin…

Les croyances associées avec la mort d’autrui

L’image est souvent de se voir seul en pensant à ses parents morts.

  • Le plus simple est de prendre la croyance « je ne peux pas être en paix avec la mort de mes proches ». Nous retrouvons aussi quelques croyances générales telles que « je ne peux pas être en paix » ou « je ne peux pas le supporter ».
  • Quelquefois apparait la croyance « je suis coupable », pensant être responsable de la mort de ses parents. Bert Hellinger associe cette pensée à de l’arrogance, l’enfant pensant pouvoir « sauver » ses parents en remplaçant les grands-parents. Dans ce cas, la personne veut mourir pour eux en suivant la dynamique « moi, plutôt que toi ». Elle s’empêche d’avancer sur son propre chemin de vie ou d’avoir éventuellement des enfants, se rendant inconsciemment disponible pour eux.
  • Pour moi, la croyance fut « je suis nul« … de penser à ma mère alors qu’elle est morte.

Les séances d’EMDR recentrent la vision sur sa propre histoire et débouchent sur des images positives de son chemin de vie, de réaliser que la vie a continué si l’on a des enfants… Une véritable ode à la vie.

En conclusion

Il est primordial d’être en paix avec sa mort et celle de ses proches. Paradoxalement, cela donne du sel à la vie. Ceux qui se croient immortels ne prennent pas le temps de la savourer.

Pour aller plus loin

Deux références de Bert Hellinger

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

2 Responses to “Être en paix avec sa mort et celle des autres”

  1. bourgat M-P
    23 février 2018 at 10 h 34 min #

    l’acceptation de la mort dépend des croyances familiales dans lesquelles nous naissons,genre de fatalité! mais en grandissant je pense que chaque individu voit ses propres croyances en fonction de ses propres critères. pour ma part je ne parle que de ce que je connais bien, la mort est un passage vers une ouverture lumineuse.
    selon mes croyances et çà n’engage que moi, je crois en l’Ame immortelle et donc cette ouverture me permet un retour à un vécu amélioré par un nouveau passage sur terre, toujours dans l’optique de la Perfection. Donc, la relation que j’ai avec la mort de mes proches amis, famille et même en général, n’est pas un sentiment égoïste de perte, mais bien l’élévation spirituelle de l’individu. et c’est très positif

    • Michel Diviné
      23 février 2018 at 10 h 54 min #

      Donc tu es en paix en pensant à la mort de tes proches…

Laissez une réponse

Afficher un lien vers mon dernier article

Comments links could be nofollow free.