Image

Etes-vous souvent en colère ?

La colère est une émotion mal-aimée et trompeuse. Elle est protéiforme, mélange de sensations physiques ancestrales, dirigée par la peur ou par la tristesse. Malheureusement, elle est souvent un piège et nous aveugle.

Voici quelques sujets de réflexion qui vous permettront de mettre à votre conscience sa dynamique et non de la vivre. Cet article comprendra 3 parties. Voici la première sur la colère, manifestation de vie ou d’impuissance personnelle cachée.

La colère est une manifestation de la vie

Quand nous sommes en colère, le coeur bat plus vite, la température du corps augmente. Nous sommes en vie et nous montrons notre énergie. Nous sommes prêts à combattre. Elle cache souvent de la tristesse ou de la peur.

Colère et énergie de vie

De sentir cette énergie de vie à l’intérieur de soi permet à certains de se sentir en vie. Certaines personnes, qui ont envie de mourir inconsciemment, objectent constamment. Quand elles disent non, elles se sentent exister. Elles peuvent se mettre ainsi en colère à tout instant, s’indigner pour la condition animale, la condition féminine ou la condition humaine. Cela leur permet d’exister, de se sentir en vie.

En présence de telles personnes, changez d’avis. Vous verrez alors si elles restent constantes ou si elles changent d’avis aussitôt. Vous pouvez leur parler de manière négative, poser des questions telles que : »Tu n’as pas envie de ne pas rester ce soir ? » ou « Tu n’as pas envie de ne pas être en paix ? »

Colère et tristesse

La colère cache souvent la tristesse, en particulier dans le deuil. Elle cache aussi un désir de vengeance « pourquoi m’as-tu abandonné ? » dit la personne en colère contre l’être cher qui est mort.

Un client qui se met en colère contre son thérapeute exprime sa tristesse et son désir de liberté. Elle lui est bénéfique.

Colère et peur

La colère masque quelquefois la peur. Celle-ci est peut-être la peur d’être abandonné, de ne pas être accepté par autrui. Bert Hellinger dit qu’un homme en colère défend souvent sa mère. Les enfants hyperactifs ont souvent peur que les parents s’en aillent rejoindre d’autres personnes mortes.

La colère cache une impuissance

Colère et violence sont des manifestations d’impuissance d’origine personnelle ou transgénérationnelle. C’est pour cela qu’il est très difficile de réussir une thérapie émotionnelle orientée uniquement sur le ressenti. Vous risquez de chercher en vain l’origine de votre colère dans votre histoire personnelle. Nous reprenons ici des comportements liés à des dynamiques personnelles : remercier, demander ou accepter de voir partir un être cher.

Remercier

C’est le cas le cas le plus courant de la colère. Nous sommes en colère contre quelqu’un parce que nous ne voulons pas lui dire merci. Voici quelques exemples :

  • Quand l’équilibre est rompu dans un couple, la personne qui a le plus reçu aura tendance à partir. Nous sommes en colère contre notre conjoint pour ne pas avoir à le remercier de sa bienveillance, du temps qu’il passe avec nous. 
  • Quelqu’un vous a fait un cadeau et, vous sentant incapable de lui rendre, vous êtes en colère contre lui. S’il vous est désagréable d’accepter que quelqu’un vous paye la location de la voiture, vous prendrez un prétexte pour partir en colère. Comme cela, vous n’aurez pas à remercier.
  • Vous rendez autrui responsable de votre état. Votre père s’est suicidé et vous êtes en colère contre lui ?  Dites-lui merci pour la vie qu’il vous a donnée et sentez la différence. Comme le dit Bert Hellinger

La vie est un cadeau, alors on dit…

Si vous êtes en colère et que le mot magique « merci » vous est insupportable, vous êtes dans cette dynamique.

Demander

Cette dynamique est moins courante de la précédente. Par peur d’avoir une réponse négative à sa demande, la personne se met en colère, en avance.

  • Dans un magasin, une personne se mettra en colère en disant « Comment ! Ici, les vendeurs ne s’occupent pas des clients ».
  • Au lieu de demander gentiment la direction au conducteur, vous lui dites en colère : « as-tu l’intention de me dire où tu vas ? »

Il est plus simple et plus dangereux de demander et de faire la différence entre demande et exigence. Si vous êtes en colère et que le mot magique « s’il vous plait » vous est insupportable, vous êtes dans cette dynamique.

Impuissance de retenir quelqu’un

La mort ou l’envie de mourir d’autrui met en colère la personne qui ne l’accepte pas.

  • Quand des parents battent leurs enfants, ils sont en colère contre la vie. Inconsciemment, ils sont fidèles à des êtres chers qui sont morts, des frères, des soeurs, ou des enfants. Ils lèvent la main sur leur enfant leur disant « comment oses-tu être en vie alors qu’un de mes êtres chers est mort ?’ En réalité, ils ne voient pas l’enfant vivant. Ils sont pris dans la douleur de l’être mort.
  • C’est aussi le cas de la colère de l’enfant contre ses parents qui veulent partir. Ne sachant pas comment les retenir, il exprime sa colère.

Ces dynamiques familiales sont très puissantes et seule une constellation familiale saura les mettre à jour.

En être conscient et non la vivre

Alors, que faire face à sa colère ? L’important est de trouver une stratégie pour la traiter à chaud et de prendre le temps de la traiter à froid. Faites-vous aider, tenez votre journal de bienveillance… envers vous-même. Ce sera l’objet du prochain article.

Prendre du recul

Comme le dit Jack Kornfield :

C’est la manière dont nous nous situons par rapport à nos émotions qui nous enchaîne ou nous libère.

Pour cela, vous pouvez méditez ou utiliser des papiers au sol et suivre un protocole de PNL pour prendre du recul sur cette colère. « Qu’est-ce que cela me fait d’être en colère ? » Plus vous êtes connectés avec vous-même, plus vous êtes en paix avec vous-même. Plus vous aurez d’empathie envers vous-même, moins vous serez en colère contre autrui.

Posez-vous les questions suivantes

Comme vous avez lu consciencieusement cet article depuis le début, vous comprendrez le sens des questions suivantes :

  • Qu’est-ce que cela me fait d’être en colère ? Cache-t-elle de la peur ou de la tristesse ? Ai-je peur que quelqu’un parte ?
  • Dois-je remercier quelqu’un ? Essayez de dire merci à la personne contre laquelle vous êtes en colère. Vous lui devez quelque chose ? Vous est-il impossible de rétablir l’équilibre ?
  • Quel est mon besoin ? Ai-je besoin d’empathie et je n’ose pas le demander ?
  • Suis-je en permanence dans l’objection ? Est-ce que j’ai  envie de mourir ?

Pour aller plus loin

Concernant les émotions :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

22 Responses to “Etes-vous souvent en colère ?”

  1. stress solution
    19 octobre 2012 at 19 h 28 min #

    salut
    la colère génère des émotions fortes, intenses et instantanées, pas facile a gérer pour beaucoup de gens,l une des clé pour la maitriser est justement la compréhension de son mécanisme, la comprendre en quelque sorte. ce que vous détaillez très bien dans cet article.
    stress solution Lisez mon dernier article Aménager des pausesMy Profile

    • Michel Diviné
      20 octobre 2012 at 7 h 36 min #

      Et comprendre ses dynamiques, s’il-te-plait, merci…

  2. Enrique
    21 mai 2013 at 17 h 50 min #

    Quelle belle information !!
    Depuis quelques mois, je me suis rendu compte que je suis en colère souvent contre tout ce qui me semble « injuste ». Cela fait un ans et démie que je suis en couple avec un homme qui a 20 ans plus que moi (moi, j’ai 27) et depuis que je suis dans cette relation, je me sens « tranquille » mais au même temps « vide » car c’est la première fois que je suis dans un relation où je n’ai pas autant de problèmes comme avant. Alors, au moment d’avoir lu le passage: Elles peuvent se mettre ainsi en colère à tout instant, s’indigner pour la condition animale, la condition féminine ou la condition humaine. Cela leur permet d’exister, de se sentir en vie…… !!! Je me sens étonné parce que c’est ce que je ressens depuis longtemps…. j’estime que le fait de ne pas avoir toutes les difficultés que j’avais avant me fait sentir ‘vide’ et d’une autre partie je ne sais pas comment apprendre à être heureux.

    Après avoir lu cet article, je me sens touché !!!!

    • Michel Diviné
      22 mai 2013 at 11 h 07 min #

      Il est probable que vous soyez impacte par un mor de votre famille. Connaissez vous votre GMM ?

      • Enrique
        13 juin 2013 at 0 h 23 min #

        J’ai commencé à faire mon génogramme quand j’étais dans une formation en constellations familiales et de cette façon j’ai connu un peu plus de mon héritage. C’est sur que je connais plus de l’histoire du côté de la famille de mon père que celui-ci de ma mère qui n’a pas connu son père et sa mère a décédé de tragique quand elle avait 6 ans. Depuis que je demeure à Montréal, au moins 2 personnes dans ma famille ont décédés (cancer et cirrhose).
        Merci M. Diviné !!!

  3. Enrique
    13 juin 2013 at 1 h 01 min #

    Je ne connais pas ma grand mère maternel, car elle a décédé quand ma mère était petite mais je peux vous dire que son décès a été le 27 octobre (que je connais pas l’année) et je suis né le 29 octubre 1985. Je vous raconte que depuis l’âge de 14 ans à chaque fois que mon anniversaire s’approchait, je commençais à ressentir une espèce de solitude et tout ma réalité commençais à s’effondrer (problèmes de couple, financiers, sociales, etc). En 2011 avant du 29 octobre j’ai parlé avec ma mère pour savoir un peu de ma grand-mère est c’était grâce à cette conversation que j’ai su la date de décès de ma GMM, car je ne le savais pas. Après avoir su cette information je me suis senti tranquille et en paix. Je me souviens de la photo que ma mère a dans la chambre de ma GMM mais c’est tout, même elle n’arrive pas à se souvenir de beaucoup de choses.
    Merci M. Diviné, l’année passée j’ai lu un de vos livres et depuis ce temps-là je vous suis, car je trouve que vos connaissances sont extraordinaires.
    Merci, bien !!

  4. Thierry
    10 septembre 2013 at 12 h 22 min #

    Bonjour,
    J’ai bien lu l’article, et je ne trouve pas la catégorie de ma colère.
    J’ai souvent mal en bas du dos. Le problème vient je me suis mis en colère parce qu’une personne ne faisait pas ce que je souhaitais. Je suis contient qu’il faut que j’arrête de dominer les situations, je travaille beaucoup ce problème, mais je ne trouve pas la clé ou l’origine, et au fond de mois je suis malheureux.
    Merci,

    • Michel Diviné
      10 septembre 2013 at 13 h 23 min #

      Quand une personne ne fait pas ce que vous souhaitez, lui avez-vous demandé ? Et dans quels termes ?
      Les émotions peuvent aussi être systémiques et provenir d’autres personnes. Un article y est consacré. Êtes-vous plus en colère contre les hommes ou contre les femmes ?

  5. Margaux
    15 mars 2014 at 16 h 46 min #

    Ah c’est génial cet article ! J’aurai pu te recontacter déjà en automne, si seulement j’y avais pensé! Peut-être certaines choses se seraient passées autrement. Alors qu’en cherchant des réponses, je suis tombée sur les thérapies dynamiques où on m’a dit  » fais confiance à tes émotions » où l’on exprime des choses et c’est tout (ça me paraissait un peu infantile) Parfois ça marche, mais parfois non, comme ici « la colère » il faut la « décortiquer » un peu.Trouver la détresse ou la peur qu’il y a derrière la colère, c’est essentiel et constructif.

    • Michel Diviné
      16 mars 2014 at 9 h 31 min #

      Et oui, la psychologie cognitive part du principe que les émotions proviennent toujours des pensées. Alors, va dans ta pensée, ton besoin insatisfait… Sinon, cherche si ton émotion ne vient pas d’autrui. Dans ce cas, souvent, il n’y a pas de stimulus.

  6. brahim
    28 janvier 2015 at 21 h 32 min #

    L’article me touche vraiment en ce moment. Mes enfants pensent équiper notre salon en payant les meubles par leur propre argent.
    Alors, je suis gêné par cette idée et me suis mis en colère. Je me sens comme humilié.
    En fait je me sens incapable de les remercier. Incroyable. Je suis piégé.
    Merci.

    • Michel Diviné
      29 janvier 2015 at 20 h 06 min #

      Brahim, je pense que vous avez besoin de respect mutuel. Vous pouvez leur dire : « Quand vous voulez équiper le salon en le payant vous-même, je suis en colère car j’ai besoin de respect mutuel et d’équilibre. J’aimerais en discuter avec vous pour trouver une solution qui nous satisfassent tous ».

  7. Didier
    1 août 2016 at 8 h 32 min #

    Bonjour. Très bon article… Depuis plusieurs mois je ressens une colère en moi inexplicable. Mais pourtant…
    J ai 49 ans à cette époque quand j’avais 8 ou 9 ans j ai été abusé sexuellement par un pion en colonie de vacances. Il s avere que mon fils a 9 ans… Je suis en colère contre tout. Tout ce qui est injuste
    Je lis beaucoup de ce qui ce passe dans le monde dans le qu’elle on vit cela me fait peur et me met en colère
    Je me suis mis en colère avec un vieil ami de plus de 30ans. Je supporte pas mon fils et pourtant dieu sait comme je le aime. Je suis en colère contre la vie. Merci…

    • Michel Diviné
      1 août 2016 at 13 h 36 min #

      Didier, si vous êtes en colère contre la vie, il est probable que vous soyez en colère contre vos parents. Vous leur avez raconté cette histoire ? Comment ont-ils réagi ?

  8. soghir
    6 novembre 2016 at 16 h 53 min #

    Bonjour et merci pour ce site.
    ma colère, si ça en est, est sous forme de crises d »hystérie » où je trouve le monde injuste, je me sens impuissante, rien ne se passe bien, je pleure et hurle que ce n’est pas juste et que ma vie n’avance pas, je vois tout en noir dans un moment de panique (et cela très souvent suite à de tous petits événements comme par exemple casser un objet, ou lorsqu’un ami n’a pas pensé à prendre de mes nouvelles)
    Est ce de la colère et quelle colère, c’est la question que je me pose. Auriez vous une piste?

    • Michel Diviné
      7 novembre 2016 at 10 h 03 min #

      Oui, avez vous eu un avortement ? Sinon, votre mère ? C’est le thème principal d’une femme en colère qui déclare ne pas « avancer ».

  9. Geoff
    21 décembre 2016 at 14 h 33 min #

    Bonjour merci pour votre article je ressent de la colère très souvent . Je n’arrive pas à arrêter de fumer par rapport à cela et ca me pèse vraiment . Il est vrai que j’ai peur de pas mal de choses au quotidien je récent ca depuis le divorce de mes parents un divorce très difficile que puis-je faire ? Merci

    • Michel Diviné
      21 décembre 2016 at 14 h 38 min #

      Si vous faites le lien avec le divorce de vos parents, vous pouvez faore de l’emdr. Vous pouvez aussi remplir mon questionnaire qui se trouve sur ce site.

  10. Thomas
    4 janvier 2017 at 15 h 16 min #

    Je fais des recherches sur la colère car je ne m’explique pas la mienne …. je sens un incendie monter en moi près à tout détruire sur son passage ….et jz me mets à hurler comme une hystérique …. sur mon fils de 4 ans qui est une forte tête tant à l’école qu’ a la maison : refus des règles. Une fois que j’ai hurlé j’ai honte et jz culpabilise et souvent après coup je pleure de faire subir ça à mon enfant …. j’ai peur de le rendre fou alors que je l’aime infiniment …. je ne sais d’où vient ma colère …. je sais que j’ai toujours été d’un naturel triste voire mélancolique et que je me suis rarement sentie comprise mais je n’avance pas plus loin . Je travaille la respiration , je fais du tai chi. Qu’en pensez vous ?

    • Michel Diviné
      20 janvier 2017 at 15 h 25 min #

      Remplissez le questionnaire que je puisse vous répondre. Il est probable que cette colère soit « systémique ».

Trackbacks/Pingbacks

  1. Qui êtes-vous ? Instinctif ou pensif ? Testez-vous. | Michel Diviné - 18 octobre 2013

    […] parce que votre grand-père a perdu sa mère jeune. Vous avez un article avec l’exemple de la colère. Il est donc important de s’entraîner pour prendre du recul sur ses émotions et activer […]

  2. Pour être mieux avec moi même, je quitte mes peurs – fleur de flocons - 26 mars 2017

    […] internet ici et là et aussi un article intéressant sur nos pensées […]

Laissez une réponse

Afficher un lien vers mon dernier article

Comments links could be nofollow free.