Cinq états essentiels

Identifiés par Steve et Connirae Andreas dans leur livre Transformation essentielle, voici 5 états de références que j’ai revisités personnellement, en correspondance avec les besoins de la CNV.

Etoile

Voici les 5 états nommés par Steve et Connirae : Être, paix intérieure, amour, sentiment d’être bien, unité. Ils sont à chaque fois illustrés par une citation extraite de leur livre. J’ai pris le parti d’assimiler ces « états essentiels » à des besoins au sens de la Communication NonViolente de Marshall Rosenberg. Cet article sera suivi d’un autre portant sur le protocole en entier.

Être, se sentir plein de vie

Les étoiles brillent, l’herbe pousse, les hommes respirent : tel celui qui trouve un trésor et dit « Ah ! » mais le trésor est l’essence. Avant que l’homme ne parlât, le trésor était là; après avoir parlé, il le ramasse, trésor inépuisable. Robinson JEFFERS.

Selon les auteurs, cet état est celui d’être conscient de sa propre présence, synonyme de « présence », « plénitude », « harmonie », une expérience et non une croyance de qui je suis.

J’aimerais le rapprocher de l’expérience de se sentir en vie, plein d’énergie de vie, conscient de l’abondance et de la richesse de la vie, quelquefois un besoin de sens

Paix intérieure

Si nous sommes incapables de sourire, alors, le monde ne connaîtra pas la paix. Ce n’est pas en manifestant contre les missiles nucléaires que nous apporterons la paix. C’est par notre capacité de sourire, de respirer et d’incarner la paix que nous pourrons faire la paix. THICH NHAT HANH

Ce besoin est plus simple à comprendre. Être en paix, même quand tout s’agite autour de vous, quand vous écoutez les nouvelles à la radio, est un besoin important à cultiver.

Amour

Laisse le disciple cultiver l’amour incommensurable envers tout être. Laisse-le le cultiver envers le monde entier, vers les quatre points cardinaux, un coeur débordant d’amour sans bornes … Car partout dans le monde, cet état d’être du coeur est le meilleur. BOUDDHA

Ce besoin courant est très ambigu. Steve écrit « aimer et être aimé, quand une partie de moi aime une autre partie de moi« . Il est important que ce besoin d’amour soit orienté vie et non morbide comme Roméo et Juliette où ils meurent tous les deux à la fin.

Être bien, s’aimer

C’est se sentir bien à un niveau profond, tel que je suis. En accord avec nous-même, au delà de tout jugement. Steve Andreas

Au-delà de tout jugement ? Je pense que c’est s’aimer tel que l’on est, humain et mortel, et accepter une certaine intimité avec soi et, surtout d’être capable de se pardonner en pensant que l’on a toujours fait du mieux que l’on pouvait.

Unité, connexion, spiritualité

Dessillez vos yeux et vous verrez que vous êtes beaucoup plus que ce que vous imaginez. Vous êtes le monde, vous êtes l’univers; vous êtes à la fois vous-même et tout le monde aussi ! Tout ça, c’est le merveilleux dessein de Dieu. Réveillez-vous, retrouvez vôtre sens de l’humour… Vous êtes déjà libre ! Dan MILLMAN

Steve reprend les termes de « connexion spirituelle », « être inondé(e) de lumière », « grâce », « unité avec Dieu », « Nirvana ». Je retiendrais plus le mot connexion, qui peut se retrouver seul, dans la nature, à deux, préconisée par la CNV ou dans un groupe bienveillant ou spiritualité. C’est mon premier besoin !!!

Pour aller plus loin

Sur les besoins

Autres…

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Le triangle dramatique de Stephen Karpman

Stephen Karpman, adepte d’Eric Berne et de l’Analyse Transactionnelle, a publié en 2014 un livre intitulé « A game free life », « Une vie sans jeu (dramatique). »A game free life coverVoici un résumé de son livre, agrémenté de mes remarques éclairées, et précédé des notions d’AT.

Quelques concepts d’Analyse Transactionnelle

Nous avions exploré l’Analyse transactionnelle dans un article précédent. Nous insisterons ici sur les scénarios et les états du moi.

Scénarios et jeux en l’AT

Selon l’AT, nous sommes conditionnés par notre enfance et adoptons des « scénarios » de vie qui seront renforcés par des jeux. L’objectif de la thérapie en AT est de les identifier pour les modifier. Treize scénarios « Ne pas » ont été identifiés, tels que « ne sois pas », « ne grandis pas », « n’appartient pas »…

Les jeux ont des niveaux d’intensité plus ou moins forts en fonction de leurs conséquences : acceptable socialement, à cacher, destructeurs. L’objectif des jeux est d’éviter une certaine intimité. SK a défini 5 niveaux d’intimité en fonction des sujets abordés :IntimitéPour l’AT, le « Nous » est l’intimité ultime vécue en communication. A 0%, les personnes sont silencieuses, à 100%, elles abordent le Nous, la relation.

Les états du moi en AT

L’AT définit (3 ou) 5 états du moi, 2 parents, 1 adulte et 2 enfants. Chacun comprend un côté positif et un côté négatif.

  • Le parent critique assume sa position de leader et attaque autrui par des jugements et des menaces.
  • Le parent nourricier offre son soutien à autrui car il le pense incapable.
  • L’adulte pense rationnellement, donne de l’information, trop peu quelquefois.
  • L’enfant libre exprime ses émotions spontanément. Il peut rejeter tout stress en ne recherchant que le plaisir.
  • L’enfant adapté accepte les règles et se sur-adapte.

Pour Eric Berne :

L’enfant est l’état du moi le plus important et les autres sont là pour le protéger.

Le triangle dramatique

Stephen Karpman a popularisé 3 rôles dramatiques.

Les 3 rôles

Les 3 rôles sont le persécuteur, le sauveur et la victime. Les joueurs peuvent être occasionnels, professionnels (les manipulateurs) ou toxiques et les jeux plus ou moins faciles à jouer en fonction de leur niveau. Selon SK,

  • Le sauveur veut être sur-apprécié. Il ne propose pas de contrat.
  • La victime veut être sur-aidée. Ses besoins sont cachés et une position existentielle de défaite. Elle confond impuissance et vulnérabilité.
  • Le persécuteur veut être sur-craint. Il a des opinions négatives sur ceux qui le dérangent ou lui déplaisent.

Le drame

Pour Stephen Karpman, le drame surgit quand une personne change de rôle. Elle peut sortir de chaque rôle se donnant les autorisations suivantes :

  • Sauveur : mieux vaut être intelligent que martyr.
  • Victime : demander plutôt que quémander.
  • Persécuteur : il est préférable d’exprimer sa colère simplement plutôt que de rester triste pendant longtemps. Pour SK, le Persécuteur se met en colère par peur d’être triste.

Abordons maintenant les solutions.

Comment s’en sortir ?

Stephen Karpman donne dix indications dont les 6 premières concernent sa vue du triangle :

  • Identifiez quand vous êtes dans un jeu.
  • Cherchez les motivations cachées.
  • Connaissez les règles et d’une famille dysfonctionnelle.
  • Admettez votre implication de 10%
  • Connaissez les 3 options positives pour sortir du jeu : s’excuser, donner de l’appréciation, donner de la sympathie.
  • Offrez à autrui l’occasion d’une sortie positive.

Ses 4 dernières recommandations concernent la communication : utiliser les compétences nécessaires, pratiquer l’ouverture (aborder le sujet, en parler et l’emballer), proposer 5 contrats de confiance, utiliser des boucles gagnantes.

Il propose ainsi de se mettre dans chaque état d’AT pour se promener dans des points de vue différents, critique, nourricier, adulte, libre et adapté.

En conclusion

Stephen Karpman se réfère aux positions de l’AT pour résoudre les rôles dramatiques. A mon avis, il est plus simple de s’appuyer sur les sentiments et les besoins de chacun, comme en CNV de Marshall Rosenberg.

Pour aller plus loin

Trois articles de mon site consacré à la communication avec les articles suivants :

Des articles en anglais sur le site de Karpman. Si vous voulez commander son livre, il vous le dédicace.

Un cahier que j’aime bien et qui vous donne des pistes de résolution sur le sujet « Petit cahier d’exercices pour sortir du jeu : victime, bourreau, sauveur ».

Deux livres d’Eric Berne :

Un livre très accessible de Claude Steiner :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Huit concepts de base des thérapies brèves

Cet article détaille huit concepts très simples, compréhensibles par tous concernant la (psy)thérapie. Ils concernent les relations, le vécu (événement, sensation et comportement) et le référentiel intérieur (croyance, qualité, besoin et vision).

Huit conceptsExplorons-les, de la réalité à la vision de notre vie en fonction du passé. Vous pourrez en déduire votre point à améliorer et choisir la méthode la plus adaptée à votre chemin de croissance.

Quel est l’objectif de la psythérapie ?

La psythérapie vous aide à réagir « sainement » face à un événement appelé stimulus. Celui-ci est externe, quand il provient de l’univers ou d’une relation humaine, ou interne, quand il vient de l’intérieur de vous, d’une pensée plus ou moins fugace. Cette pensée est très importante, car comme le dit Epitecte :

Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, ce sont les opinions qu’ils en ont.

En effet, nous ne sommes pas responsables des événements, mais de la manière dont nous y réagissons. La psythérapie est là pour vous aider.

Un modèle relationnel et réactionnel

Voici le dessin d’une réaction à un événement stimulus. C’est un « méli-mélo » partant de l’événement stimulus, passant par sensation et comportement pour aboutir éventuellement à un événement résultat, avec des allers retours possibles entre sensation, comportement et pensées.

vie intérieure

La « relation » est représentée par une personne sur le dessin. Elle évolue toujours dans le temps, étant plus ou moins bonne et agréable, comme celle entre Liz Taylor et Richard Burton et finissant toujours, par la mort de la relation ou d’un des deux protagonistes. En identifiant le stimuli, ce que vous observez dans vos relations et qui vous fait réagir, vous ferez la différence entre observation et croyance. Vous avancerez alors sur le chemin du non-jugement, de la bienveillance avec autrui. Comme le dit Krishnamurti :

Observer sans évaluer est la plus haute forme de l’intelligence humaine.

En fonction des « entrées » et des « sorties », il existe donc quatre processus possibles, en fonction de la nature de l’événement stimulus, interne ou externe, et de l’existence d’un événement résultat.

  • Quand vous vous réveillez le matin, pensez à votre journée et restez au lit, votre pensée n’a débouché sur aucun résultat palpable.
  • Quand vous répondez à une question que l’on vous pose, l’événement stimulus, la question, débouche sur un résultat, même si vous dites « Hein ? »
  • Vous pouvez ne pas réagir quand quelqu’un vous demande « ça va ? »
  • Enfin, vous pouvez agir suite à une pensée telle que « il est midi, il faut que je me lève ».

Explorons en premier lieu ce stimulus, l’événement présent ou passé. Nous nous occuperons des visions, des événements prévus dans votre tête, plus tard.

Les événements sont stimuli, résultats ou traumatisants

L’événement stimulus est souvent ce qu’une personne a dit ou fait, pas dit ou pas fait. Dans le dernier cas, c’est plus un non-événement qu’un événement, tout comme le non-anniversaire du lapin d’Alice au pays des merveilles. Ce peut aussi être un « cas de force majeur » où personne n’est responsable, la faute à « pas de chance ». Il sont traumatisants si votre corps réagit négativement à son évocation.

Sensations et comportements

Notre réponse au stimulus comprend les sensations corporelles et notre comportement. A moins que vous ne soyez toujours zen, votre corps vous envoie des signaux pour que vous réagissiez rapidement.

  • La sensation corporelle vous signale que quelque chose se passe qui est important pour vous. Elle peut être presque uniquement physique, comme la faim ou la soif ou plus psychologique, comme la colère ou la joie. Dans tous les cas, il se passe quelque chose dans votre corps, votre cœur bat plus vite, votre pouls s’accélère, vos hormones entrent en action…
  • Le comportement décrit la manière dont vous réagissez. Si l’on agite un chiffon rouge devant vous ou une tâche sur la moquette, quelle est votre réaction ? Ces « schémas comportementaux » sont orientés vie, quand vous vous faites du bien ou plutôt morbides dans le cas d’addictions, si vous fumez, vous droguez, avez des TOC ou faites des tentatives de suicide. Ils reflètent quelquefois un scénario de vie.

Avec le temps et la psythérapie, vous acceptez de plus en plus que ces sensations font partie de la vie et passent plus ou moins rapidement. C’est le cas des émotions primaires, qui sont orientées action et qui durent peu de temps. Si elles durent, méfiez-vous en…

Besoins, croyances et visions

Votre mémoire, votre référentiel interne est ce qui se passe dans votre tête, ce que vous avez retenu de votre vie passée, de vos traumatismes, cicatrisés ou non ou des événements que vous avez appréciés. Ces événements influent sur votre comportement et vos émotions, plus ou moins malgré vous. Explorons trois concepts de ce référentiel :

  • Les besoins vous motivent dans la vie et leur hiérarchie évolue dans le temps. Au début, les besoins de sécurité, d’espérer, de faire confiance, de paix, sont les plus importants. Puis viennent d’autres besoins, de valorisation, d’autonomie, d’apprentissage, de grandir et, enfin, de contribuer au bien-être d’autrui.
  • Les croyances sont un « condensé » des événements que vous avez vécus, comme des lunettes déformant quelquefois la réalité. Si, enfant, vous avez vécu la guerre , vous aurez tendance à vous sentir en insécurité, à croire « je suis en danger ». D’autres événements peuvent se résumer dans votre tête par « je suis nul », sauf, évidemment, si vous vous trouvez beau et que vous le valez « bien ».
  • Les qualités reflètent une image interne de vous-même, qui vous vous imaginez être dans le présent et dans l’avenir. Comme le disait Martin Luther King :

I have a dream today.

La manière dont vous réagissez indique à quelle étape du chemin vous vous situez. Si, suite à un événement, vous faites appel à vos croyances négatives et vous vous critiquez, vous avez encore du chemin à faire. Si vous êtes orientés action et à votre vision de l’avenir en faisant appel à vos besoins, vous avez avancé. Comment optimiser cette manière de réagir, pour qu’elle soit la plus adaptée au stimulus et à vos possibilités ? En choisissant une thérapie adaptée.

Quelle thérapie pour quel concept ?

Les traumatismes sont souvent à l’origine de ces croyances et des besoins. Ils peuvent être personnels ou  transgénérationnels, quand vous voulez inconsciemment rappeler une personne du système familial. Les méthodes les plus indiquées pour soigner vos traumas sont :

Différentes méthodes vous aident à pour prendre conscience de vos réactions :

Sinon, vous pouvez toujours utiliser différentes méthodes pour vous aider à vous différencier de vos émotions. Ces méthodes vous aident mais ne vous soignent qu’exceptionnellement. En voici quelques-unes parmi toutes celles appelées couramment « développement personnel ».

  • L’EFT utilise des tapotements sur des points d’acupuncture et des phrases bienveillantes.
  • La méditation porte votre attention sur votre respiration.
  • Le Focusing vous aide à entamer un dialogue avec vous-même.

Voici un schéma récapitulatif liant concepts et méthodes :

concept3

Revoyez les différentes étapes pour affiner votre choix psythérapeutique.

Sixétapes

TCC signifie Thérapie Comportementale et Cognitive et CBV Communication BienVeillante.

En conclusion, soignez votre comportement

Chaque jour nous donne l’occasion d’observer la manière dont nous réagissons à des stimuli, notre schéma comportemental. Restez conscient de vos pensées, vos croyances, vos besoins et vos visions. Soignez-les pour réagir de plus en plus « sainement ». Si vous n’y arrivez pas, cicatrisez vos traumas. Dans tous les cas, visez la thérapie brève la plus adaptée.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Un an de jeûne intermittent

Cela fait un an que je jeûne un jour par semaine, le mardi. C’est ce que prescrit la médecine ayurvédique que pratiquait Gandhi.GandhiQuelles étaient mes motivations de départ, comment cela s’est-il passé et quel a été le résultat ?

Mes motivations de départ

J’avais l’impression de ne pas respecter mon corps entre 2 jeûnes d’une semaine environ et une personne sur le forum de jeûne et santé avait signalé qu’il s’était débarrassé de ses acouphènes en jeûnant une fois par semaine pendant 3 ans. Comme j’ai des acouphènes depuis plus de 20 ans, j’ai voulu essayer. J’ai choisi le mardi, car je préfère éviter le week-end et j’aime bien aller au marché le mercredi.

De plus en plus d’articles circulent sur Internet vantant le jeûne intermittent, celui-ci pouvant varier de 18 à 36 heures si vous sautez 2 ou 3 repas pendant une journée. Une journée complète m’a paru le plus simple.

Comment cela s’est passé ?

Voici les points qui me paraissent importants…

  • Mon poids n’est pas descendu dramatiquement, de quelques kilos seulement et, d’une manière générale, je récupère pendant la semaine celui que j’ai perdu dans la journée de jeûne (environ 800 grammes). De jeûner me permet surtout de récupérer un poids « normal » après des week-ends « chargés ». J’ai essayé de calculer les proportions d’eau, de muscles ou de graisses que j’ai perdues avec plusieurs balances sophistiquées. Les résultats sont aberrants et diffèrent. Je ne m’y fie plus.
  • J’ai jeûné une semaine entière quand j’ai eu l’impression d’en avoir envie, précédé d’un nettoyage du foie selon la méthode d’Hulda Clark et cela m’a fait un très grand bien.
  • J’ai continué à visualiser des cours de cuisine que j’ai acheté sur Internet, à l’atelier des chefs. Je peux ainsi apprendre de nouvelles recettes et planifier mes achats du lendemain, pickles, salade grecque en brunoise… Un régal.

Pour quels résultats ?

Les bienfaits sur mon corps et sur mon esprit

Mon corps et mon esprit en ont largement profité :

  • Je n’ai jamais vraiment eu faim et je me sens beaucoup mieux dans mon corps. Je continue à faire du vélo et à courir de temps en temps. J’ai l’impression d’être moins essoufflé le jour du jeûne, d’avoir nettoyé mes poumons alors que j’ai fumé.
  • Au début, mes pensées étaient accaparées par le jeûne. Il m’arrivait même de rêver la nuit que j’avais mangé. Paradoxalement, cette fixation permet de lâcher prise sur le reste. De quoi ai-je réellement besoin si je peux me passer de manger ? Maintenant, j’ai beaucoup moins de pensées obsédantes et je peux regarder des cours de cuisine en me réjouissant à l’avance de les cuisiner et de les savourer.
  • Je garde cette journée comme une journée « à moi ». Je préfère refuser les invitations, ne rien faire et profiter du beau temps pour sortir à l’heure du déjeuner quand c’est possible.
  • Je ressens vraiment les bienfaits le jour de la reprise. Je vais au marché le matin et je « revis ». Je considère même les autres jours de la semaine comme un luxe où je peux manger « normalement » et profiter de ces plaisirs.

Je me sens mieux dans mon corps chaque semaine et cela me rassure de prendre ainsi soin de ma santé, effet placebo ou non.

En conclusion

J’ai vraiment du plaisir à remanger le lendemain et je continue en me donnant la possibilité d’arrêter, pour ne pas le vivre comme une privation. J’ai toujours mes acouphènes et je me demande quelle serait la prochaine étape ? La cure de Breuss dure 42 jours et je ne sais si je pourrais la faire. Je préfère continuer mon jeûne intermittent pendant plusieurs années, tout en jeûnant une semaine quand l’envie se présente.

Pour aller plus loin

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Vivez-vous à un sommet du triangle dramatique ?

Poursuivant mon investigation sur le triangle de Karpman, qui pose à chacun de ses sommets un rôle de Victime, de Persécuteur et de Sauveur, j’ai voulu savoir s’il était possible d’effectuer un auto-diagnostic.

triangleVoici donc quelques pistes de réflexions et des questions pour vous aider à vous situer sur ce triangle, si tel est votre destin.

Retour sur le triangle dramatique

Les trois jouent un jeu enfantin, évitant l’intimité et la prise de responsabilité. Ces joueurs professionnels possèdent deux caractéristiques : leur niveau d’énergie et la chaleur de leur émotion…

Le niveau d’énergie

La victime est basse en énergie, le persécuteur est haut et le sauveur se place entre les deux ; c’est pour cela que j’ai dessiné un triangle penché…

  • La Victime est en manque d’énergie et aura tendance à rester passive, à répondre « je ne sais pas » aux questions qui la concernent ou à se plaindre de sa vie. Elle sera plutôt souffrante ou fatiguée ; son corps est en retrait.
  • Le Persécuteur est en « trop plein » d’énergie, et aura tendance à être actif, à poser des questions, car « qui questionne dirige ». Son corps est plutôt tendu, penché en avant.
  • Le Sauveur oscille entre les 2, il est en position basse avec la victime, en position haute avec le « responsable » des émotions de la Victime qu’il veut sauver.

Attention, la Victime, Persécuteur déguisé, manifeste souvent une colère froide à l’encontre de son Persécuteur qui ne s’occupe pas d’elle sans qu’elle ait à lui demander. Voici un dessin de la température de certaines zones du corps en fonction d’émotions plus ou moins reconnues (telle que la dépression, l’amour ou la honte). Comme vous pouvez le constater, la colère est plutôt chaude et la tristesse froide, bien qu’il existe une zone rouge dans le coeur, tout comme dans la peur.chaleur des émotionsLa Victime cache sa colère sous une apparente froideur. Ces jeux prennent souvent leur source dans l’enfance, dans la relation avec les parents ou dans une intrication systémique. Un enfant sera en rébellion contre son parent Persécuteur, en Sauveur de son parent Victime ou en Victime pour attirer un parent Sauveur.

Un jeu presque universel

Ce jeu se retrouve souvent en dynamique de groupe et sur les réseaux sociaux. Quand, par exemple, une Victime « émotionnée » se plaint sur un forum d’un de ses Persécuteurs, thérapeute ou « pervers narcissique » et si quelqu’un de « rationnel » lui propose d’exprimer une demande claire et personnelle, un Sauveur connecté viendra sûrement reprocher un manque d’empathie envers la Victime, voyant un Persécuteur sans-cœur, en faisant appel à sa « bonne conscience ». Voici la dernière en date, vécue personnellement, suite à une de mes propositions à une internaute de clarifier sa demande. Le Sauveur m’a répondu…

« Dire à une personne victime qu’elle n’a qu’à formuler une demande pour sortir de son jeu ne répond pas à un besoin de discernement, de conscience, de tact, de délicatesse. »

Ces joueurs pensent que les émotions sont provoquées par autrui et ils n’osent pas communiquer et n’ont pas appris à demander clairement :

– Ils rendent autrui responsable de leur peur dans le cas du Sauveur, de leur tristesse dans le cas de la Victime ou de leur colère dans le cas du Persécuteur. Ils ont du mal à supporter leurs émotions et à exprimer une demande claire et posée.

– Le sauveur pense aussi être responsable des émotions d’autrui et a du mal à vivre aux côtés d’une Victime sans intervenir dans l’urgence. Il prend souvent sa place, ne lui demandant pas si elle veut être « sauvée » et en profite pour persécuter le Persécuteur, comme dans notre exemple. En réalité, il ne respecte aucun des deux.

Vivez-vous dangereusement au sommet d’un triangle ? Vous allez le découvrir en explorant vos traumatismes passés, vos croyances et la satisfaction de vos besoins actuels.

Comment réagissiez-vous aux événements passés ?

Avez-vous vécu contrainte et frustration ?

Il existe 2 types de traumatismes, la contrainte et la frustration :

  • Dans la contrainte, vous êtes « obligé » de faire ce que vous n’avez pas envie de faire. La violence est souvent présente dans la contrainte surtout quand elle est physique, que vous soyez menacé, violenté, jeté en prison ou en pension sans votre accord. Le besoin manquant est un besoin de liberté ou de respect mutuel. Lors d’un événement naturel tel que explosion, accident ou tsunami, vous vivez aussi un événement que vous n’avez pas envie forcément de vivre.
  • Dans la frustration, vous ne vivez pas un événement que vous aimeriez vivre. Vous voulez être riche et ne l’êtes pas, rester avec quelqu’un qui rompt la relation par volonté ou par accident, mortel ou non. Le besoin manquant est de faire le deuil et célébrer la vie, de légèreté ou de vivre une certaine sagesse.

Votre choix de réaction est beaucoup plus restreint dans le cas de la contrainte, surtout si vous êtes jeune et dépendant d’autrui, de vos parents ou d’une autorité morale ou physique, comme dans Sysiphe, qu’il faut imaginer heureux alors qu’il ne l’est pas.

Comment avez-vous réagi ? Passivement ou activement ?

Faites la différence entre ces 2 types de traumas et notez si votre comportement a changé avec l’âge ou la « maturité ».

  • Sous la contrainte, vous pouvez être balloté entre rébellion et soumission. Dans le premier cas, vous faites preuve d’énergie, dans le deuxième, vous avez peur ou vous ne savez pas exprimer votre état et votre besoin.
  • Dans la frustration, vous pouvez sagement faire le deuil de l’évènement que vous auriez voulu vivre au lieu de reprocher à votre « fournisseur » d’émotion de vous abandonner, de ne pas s’occuper de vous. Dans la dynamique de Victime, vous préférez rester en colère contre lui pour vous sentir innocent et « irresponsable » de vos émotions.

Les pensées les plus fréquentes associées à ces traumas sont « je ne peux pas le supporter », « je suis impuissant » ou « je ne peux pas être en paix ». Nous les associerons à des besoins.

Prenez le temps pour visualiser votre passé

Pour identifier votre dynamique, faites une ligne du temps et visualisez vos événements traumatisants, cicatrisés ou non, ou reprenez votre liste de traumas. Puis analysons-les en Contrainte et Frustration ; Vous pouvez mettre des niveaux de détresse pour vérifier si ces traumas sont cicatrisés… Voici la mienne :

Ligne du temps2

  1. Naissance et séjour à l’hôpital (C).
  2. Mort de mon père à 5 ans (F).
  3. Internat militaire à 7 ans (C).
  4. 1ère période de chômage (F).
  5. Divorce (F)
  6. Séparation amoureuse (F)
  7. Autre séparation amoureuse (F)
  8. Projet de changement social inabouti (F)

Posons-nous maintenant quelques questions après avoir classé ces traumatismes. Les émotions qui durent ne sont pas primaires et orientées action. Comment avez-vous réagi au fait de ne pas avoir ce que vous voudriez vivre ? Voici quelques questions pour vous aider :

  • Êtes-vous apaisé quand vous y pensez ?
  • Avez-vous osé exprimer ce que vous viviez ?
  • Avez-vous fait quelque chose ? Demandé de l’aide clairement ?
  • Vous sentez-vous responsable de la manière dont vous avez réagi ?

Si vous avez répondu plusieurs « non » à ces 4 questions, il est probable que vous étiez dans une dynamique de victime ou de persécuteur, votre niveau d’énergie vous différenciant. Voici maintenant 3 questions pour identifier votre jeu. Quand vous y pensez :

  • Quelle est votre émotion ? La victime est plutôt triste, cachant souvent dans une colère froide, une vengeance déguisée. Le Persécuteur est en colère, le Sauveur est dans une Compulsion d’aider.
  • Quel est votre niveau d’énergie ? Haut ou bas ? Avez-vous vécu la rébellion ou la soumission ? La Victime est en énergie basse, le Persécuteur et le Sauveur en énergie haute.
  • Quelle est votre pensée aujourd’hui ? Les trois ne peuvent supporter la situation. La Victime va se sentir impuissante, le Persécuteur ne pourra être en paix, tout comme le sauveur qui se sent obligé d’intervenir.

Si vous êtes Sauveur, vous pouvez tout vivre à la fois, en énergie basse en pensant à la Victime, en énergie haute en pensant au Persécuteur qui a fait tant de mal à la Victime. En réalité, vous avez peur de ne pas aller bien quand quelqu’un va mal, vous ne soignez pas votre besoin d’amour de soi, et vivez une compulsion d’aider autrui pour vous soulager.

Pour ma part, je réagissais à la contrainte par la rébellion, en colère contre ma mère qui m’avait mis en pension sans me demander mon avis. J’étais en énergie haute et n’étais pas en paix. Aujourd’hui, je suis toujours aussi chatouilleux sur le sujet. Il suffit de me donner une contrainte pour que mon envie disparaisse. Ce fut le cas avec la CNV. De savoir qu’il « fallait » suivre 50 jours de formation pour être instructeur m’a enlevé l’envie de suite. J’étais plus dans la dynamique de persécuteur, identifié à un persécuteur de mon système familial, la personne responsable de la mort de mon père.

A mes dernières frustrations, vivant une « nuit noire de l’âme », j’ai réagi en faisant des pauses, afin d’accepter de lâcher prise, de prendre conscience que j’étais dépendant de ce dont je n’avais pas besoin. J’ai célébré mon besoin d’apprendre.

Aujourd’hui, je suis apaisé, j’ose exprimer ce que je vis, je demande de l’aide et je me sens totalement responsable de la manière dont je réagis. La communication bienveillante m’aide beaucoup. J’espère être sorti de ces réactions en faisant des pauses quand je suis stimulé par des Joueurs psychologiques.

Quels sont vos besoins d’aujourd’hui ?

Célébrons nos besoins, satisfaits ou non, révélés lors de ces interactions.

Quels sont les besoins importants de cette dynamique ?

Les besoins diffèrent en fonction du type de traumatisme. Dans la contrainte, vous avez surtout besoin de respect mutuel, d’amour et d’autonomie. Dans la frustration, vous avez besoin d’être en paix, de vous centrer et de continuer à vous aimer, de célébrer la vie et de faire le deuil de ce que vous auriez voulu avoir même si vous ne vivez pas ce que vous aimeriez vivre, ce que certains appellent le lâcher prise. C’est ainsi que s’opère le changement, de prendre en compte la réalité au lieu de rester dans vos rêves ou vos illusions. Explorons ces 3 besoins : l’autonomie, l’amour de soi et la célébration de la vie.

Liberté et autonomie

Comment jugez-vous la satisfaction de vos besoins de liberté et d’autonomie ? Pensez-vous avoir votre liberté de choix ou vous sentez-vous impuissant dans votre vie ? Sur une échelle de 0 à 100 %, où placez-vous la satisfaction de votre besoin d’autonomie ? A 0, pas du tout autonome, à 100, autonome et libre de vos choix. Si vous ne vous sentez pas autonome, vous pouvez être dans une dynamique de Victime.

Amour de soi et appartenance

Ces besoins évoluent fortement et peuvent paraître contradictoires. L’appartenance est un besoin plutôt enfantin. Plus vous avancez dans la vie, plus vous êtes seul et heureux de vivre en votre compagnie. Plus vous vous aimez, moins vous avez besoin de vous sentir innocent en appartenant à une communauté dans laquelle vous aurez « bonne conscience » en respectant ses règles.

Sur une échelle de 0 à 100 %, où placez-vous la satisfaction de votre besoin d’amour de soi ? A 0, pas du tout en paix, à 100, centré et en paix avec la vie, la célébrant souvent. Si vous ne vous aimez pas du tout, vous pouvez être Sauveur, si vous ne pensez pas appartenir, vous pouvez être Victime.

Deuil et célébration

Pensez-vous être en paix avec votre passé ? Certains stimuli vous font-ils toujours réagir aujourd’hui ? Vous sentez-vous lié à des personnes en particulier ? Votre bonheur dépend-il d’autrui ? De votre conjoint ? De vos enfants ? Avez-vous du mal à vous sentir en vie quand des personnes vont mal à vos côtés ? Ce besoin est intimement lié à la frustration, à faire le deuil de ce que vous auriez voulu avoir et que vous n’avez pas.

Sur une échelle de 0 à 100 %, où placez-vous la satisfaction de votre besoin de célébrer la vie ? A 0, pas du tout en paix, à 100, centré et en paix avec la vie, la célébrant souvent.

Avez-vous changé ?

Enfant, nous n’avons pas toujours le choix de ce que nous vivons, dépendant d’autrui pour vivre. Adulte, c’est différent. Avez-vous évolué dans votre réaction à la contrainte et à la frustration ?

Une rosace de diagnostic

Voici une rosace de triangle, reprenant les besoins et les émotions vécues :

triangle rosace2 Les besoins  de paix, d’autonomie et de célébrer la vie d’une personne « adulte » sont satisfaits, ceux d’un joueur professionnel ne le sont pas, pensant que la solution vient d’autrui.

Les sentiments d’une personne équilibrée émotionnellement sont la joie procurée par la satisfaction de ses besoins d’autonomie, de célébration et de faire le deuil, que la tristesse de la victime dépendante, de la colère du persécuteur qui n’est pas en paix ou de la peur du sauveur compulsif qui ne s’aime pas. De plus, les sentiments primaires ne durent pas, ceux des Joueurs psychologiques durent et se répètent régulièrement, comme dans un jeu…

Où vous situez-vous ?

Pour aller plus loin

Un petit livre de Christel Petitcollin qui vient de sortir chez Jouvence et que j’adore : Petit cahier d’exercices pour sortir du jeu : victime, bourreau, sauveur. Il vous montre les parades aux différents jeux.

Sur l’analyse transactionnelle et les jeux psychologiques :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Les émotions cachées du triangle dramatique

Au dernier stade de la psythérapie, vous êtes confronté aux émotions et aux scénarios d’autrui. Ceux-ci se déclinent souvent en mode victime, persécuteur et sauveur. Comment réagir et que dire dans ces cas-là ?

energie

Il est important, dans un premier temps, de sentir l’énergie de la personne, pour percevoir son jeu et son émotion cachée. Dans un deuxième temps, je déclinerais quelques stratégies « émotionnelles » que j’explore petit à petit afin de tester leur efficacité.

Quel est son niveau d’énergie ?

Il est plus judicieux de sentir l’énergie de la personne plutôt que de juger le scénario apparent. Dans le jeu de « la scène », la  personne en colère se pose en « victime ». Suivez donc l’énergie dans un premier temps.

Les émotions apparentes

Quelle énergie dégage la personne ? Vous pompe-t-elle votre énergie ? En déborde-t-elle ? Fait-elle les deux à la fois ? Où se situe-t-elle sur l’image suivante ?

VSP

  • Si elle est plutôt triste, elle est en mode victime.
  • Si elle est en colère, elle est en mode persécuteur.
  • Si elle est entre les deux, elle est en mode sauveur, triste pour la victime et en colère contre vous.

Et ces émotions ne sont pas primaires, elles en cachent d’autres….

Les émotions cachées

Dans un jeu, la personne joue et son émotion est dite secondaire ou racket, cachant une émotion sous-jacente. Voici les émotions cachées la plupart du temps pour nos joueurs patentés…

  • La personne en colère cache sa souffrance qui vient d’un besoin d’amour.
  • La personne triste cache sa colère et veut se venger de quelqu’un.
  • Le sauveur cache sa peur de ne pas supporter la souffrance d’autrui.

Comme le dit Bert Hellinger, le pire des persécuteurs est la victime qui est un « vampire émotionnel ».

Ajuster l’énergie de la personne

Voici quelques stratégies possibles que je teste en groupe de pratique ou en réel.

Baisser l’énergie du persécuteur

Il est essentiel de baisser l’énergie d’une personne en colère. Vous pouvez lui dire…

Je veux bien en parler avec toi quand tu seras plus calme.

Monter l’énergie de la victime

Vous pouvez lui montrer sa colère cachée en lui disant :

Tu es encore un peu en colère…

Notez le « un peu » sinon la victime dira sûrement non….

Le mystère du sauveur

C’est le plus difficile à mon avis, car il vit les 3 émotions à la fois. Dans un premier temps, vous pouvez lui dire….

Tu aurais fait différemment ?

Je cherche d’autres pistes que je n’ai pas encore testées, du genre « Tu as encore peur pour elle ? » ou « Tu es toujours en colère contre moi ? » Si vous avez des suggestions, je suis preneur.

Pour aller plus loin

Un petit livre de Christel Petitcollin qui vient de sortir chez Jouvence et que j’adore : Petit cahier d’exercices pour sortir du jeu : victime, bourreau, sauveur. Il vous montre les parades aux différents jeux.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

 

Comment trouver un besoin supérieur à l’intention positive d’une addiction

Dans le protocole que j’ai inventé pour traiter les addictions, la première phase est de trouver un besoin supérieur à l’intention positive du comportement.Une échelle de valeursJe connais 2 chemins pour y arriver. Je voudrais donner ici quelques exemples après avoir éclairci le concept de hiérarchie ou d’échelle des besoins.

L’échelle des besoins

A l’intérieur de chacun existe une échelle des besoins, nommée « heterarchie » par Steve Andreas, car cette hiérarchie peut changer en fonction du temps.

Dans le cas d’une addiction nous avons 2 besoins apparents, celui qui nous pousse à continuer, l’intention positive du comportement et celui qui fait que l’on aimerait arrêter. Ce dernier besoin est « inférieur » à l’intention positive, ce qui fait que l’addiction est toujours présente, bien malgré nous…. Intéressons-nous à celle qui nous fait réagir dans l’urgence.

Le besoin couvert par l’addiction

Un comportement, quel qu’il soit, a toujours une intention positive. Voici quelques exemples liés à des addictions courantes :

  • Fumer permet de calmer sa colère.
  • Boire permet de partager de bons moments et de noyer son chagrin.
  • Manger permet de se faire plaisir.
  • Manger et vomir permet d’être en paix avec ses 2 parents.
  • Faire un geste répétitif permet de s’apaiser, de se rassurer.

L’objectif d’une addiction est souvent de se sentir en paix, le geste physique calmant ce qui se passe dans la tête. Malheureusement, ce comportement est souvent nuisible à la santé à long terme. Pourquoi est-ce si difficile d’arrêter ? Parce que le besoin couvert par l’addiction est supérieur à la motivation d’arrêter, qui entraîne un conflit interne.

La résolution du conflit interne

Ce conflit vient du fait que le besoin couvert par l’envie d’arrêter (être en bonne santé, se sentir libre, avoir du temps pour soi, économiser de l’argent) est « inférieur » au besoin couvert par l’addiction. Comment résoudre ce conflit ? En trouvant un (super) besoin supérieur au plus élevé des deux, à l’intention positive du comportement, en montant sur l’échelle.

Comment trouver ce super besoin ?

Voici 2 pistes pour trouver ce super besoin et une technique pour valider votre choix :

As-tu, un jour ?

Voici la question, posée par Robert Dilts, que vous pouvez lire plusieurs fois pour bien la comprendre :

As-tu, un jour, accepté de faire quelque chose alors que ton besoin de X n’était pas satisfait ?

En reprenant les exemples précédents, voici les questions correspondantes :

  • As-tu un jour accepté de faire quelque chose alors que tu n’étais pas en paix ?
  • As-tu un jour accepté de faire quelque chose alors que cela ne te faisait pas plaisir ?
  • As-tu un jour accepté de faire quelque chose alors que tu ne te sentais pas en sécurité ?
  • As-tu un jour accepté de faire quelque chose en renonçant à ton besoin de partage ?

Les situations trouvées sont diverses. C’est souvent lors d’un passage d’examen difficile, pour faire plaisir aux parents, pour donner du sens à sa vie, ou quand vous faites quelque chose pour autrui, aller voir vos parents alors que cela ne vous enchante pas, se lever la nuit pour vos enfants alors que vous n’êtes pas en paix…. Trouvez alors le besoin couvert par cette action. En voici quelques-uns :

  • Contribuer au bien-être d’autrui.
  • Donner du sens à sa vie.
  • Se faire confiance.
  • Reconnaissance.
  • Se sentir en vie.
  • S’aimer comme l’on est.

Il est quelquefois possible de trouver un besoin encore supérieur, de continuer à grimper sur l’échelle. Cette méthode n’est pas la seule, en voici une deuxième.

Une deuxième méthode pour connaître son échelle des besoins

Cette technique provient de la PNL et fait partie du protocole Transformation essentielle cité en bibliographie. Rentrez dans la sensation physique d’un besoin et posez-vous la question « Y a-t-il quelque chose de plus important ? » Pour ceux qui dialoguent facilement avec eux-même, cette technique est plus rapide. Voici quelques exemples :

  • Y a-t-il quelque chose de plus important que la sécurité émotionnelle ? Me sentir en paix.
  • Y a-t-il quelque chose de plus important que le plaisir ? Me sentir bien dans mon corps.
  • Y a-t-il quelque chose de plus important que me sentir en vie ? Être en paix avec ma vie.
  • Y a-t-il quelque chose de plus important que partager ? Être bien avec moi.
  • Y a-t-il quelque chose de plus important que être en paix ? Être en paix avec ma vie.

Quand un même besoin revient souvent, il est probable qu’il soit primordial pour vous.

Quand vous hésitez entre 2 besoins

Si vous hésitez pour savoir quel est le plus important, imaginez une planète où tout le monde remplit un des deux besoins et choisissez sur laquelle vous aimeriez vivre.

  •  Préférez-vous vivre sur une planète où tout le monde est en paix ou tout le monde échange ?
  •  Préférez-vous vivre sur une planète où tout le monde se sent en sécurité ou tout le monde s’aime ?
  •  Préférez-vous vivre sur une planète où tout le monde partage ou tout le monde est en paix ?
  •  Préférez-vous vivre sur une planète où tout le monde est en paix ou tout le monde contribue au besoin d’autrui ?

Vous pouvez ainsi affiner la place des barreaux de votre échelle.

Pour aller plus loin

Quelques livres :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Comment changer de scénario ?

Cet article fait suite au précédent qui a décortiqué les 3 scénarios retenus : un scénario morbide et 3 scénarios issus du triangle dramatique de Karpmann : victime, sauveur et persécuteur. Un scénario est comme un chemin de vie sur lequel vous avancez et répétez le même comportement.ScénarioDans cet article, j’indiquerai des pistes pour prendre conscience de son scénario, être bien quand votre interlocuteur joue un scénario plus ou moins dramatique et comment l’aider.

Dans un premier temps, nous explorerons la dynamique familiale, souvent à l’origine du scénario. Dans un deuxième temps, nous verrons les besoins à satisfaire face à un joueur et quels besoins vous pouvez l’aider à contacter pour qu’il ait moins envie de jouer.

Les scénarios et les jeux

Pour sortir d’un scénario morbide ou répétitif, deux étapes sont essentielles : accepter de vivre, puis de grandir.

Accepter de vivre et de reprendre goût à la vie

Une personne qui dit « non » en permanence, « oui, mais » ou « non, mais » veut mourir inconsciemment. Quand elle dit non, elle dit non à elle-même et à sa vie. Le cas le plus courant est celui de la femme qui a avorté, qui veut expier, mourir inconsciemment et qui n’en n’a pas conscience. Les autres cas concernent la perte d’un être cher, un enfant, une frère ou une soeur, un ami, un parent, un oncle et toute personne de la famille que l’on veut inconsciemment rejoindre.

La solution consiste à regarder la personne à qui l’on a fait du tort dans le cas d’avortement ou de dénouer l’intrication familiale. Si de la peine est ressentie dans le cas d’avortement ou de la perte de l’être cher, des séances d’EMDR peuvent suffire. Sinon, les constellations familiales selon Bert Hellinger sont indispensables pour dénouer l’intrication.

Puis, une fois que vous avez accepté de savourer la vie, acceptez de grandir, d’être responsable de vos actes et de vos émotions.

Grandir

Les jeux de victime, persécuteur et sauveur sont une manière de se sentir innocent de ses réactions, de rester comme un enfant qui se plaint de ses parents, confondant son interlocuteur avec un de ses parents. Que faire ?

  • Une victime cherche à se venger avec bonne conscience. Quelquefois, elle ne veut pas se sentir redevable et se met en colère en faisant appel à sa bonne conscience en rendant l’autre responsable de son état. La solution consiste à le remercier s’il vous a fait un cadeau, à exprimer clairement votre demande si vous ne voulez pas vous sentir redevable. La plupart du temps, cette colère vient de la relation envers ses parents. Si vous imaginez votre père ou votre mère derrière vous, y a-t-il un des deux avec qui vous ne vous sentez pas en paix ? Si c’est le cas, venez en constellation familiale. Sinon, mettez à jour vos pensées pour les nettoyer et votre intention pour la clarifier quand vous vous sentez victime, accusé, attaqué, blessé, jugé, harcelé, humilié, insulté, maltraité, persécuté, dévalorisé, manipulé, trahi, trompé, négligé ou abandonné par quelqu’un.
  • Un persécuteur est jaloux de sa victime. Il aimerait prendre sa place inconsciemment. C’est ce qui est ressorti d’une constellation familiale sur le sujet. Une personne en colère contre une autre a souvent la pensée « tu n’as pas le droit de…. » Là encore, elle fait appel à sa bonne conscience pour faire le mal. Ainsi, des parents qui n’ont pas réussi à l’école auront tendance à exiger de leur enfant de réussir leurs études et auront du mal à supporter quand ils se distraient et profitent de la vie plutôt que de faire leurs devoirs.
  • Un sauveur a des difficultés à voir sa propre mort. Alors, il préfère voir et se préoccuper de celle des autres. Cette tendance est aussi suicidaire, tout comme celle de la victime. La solution ? Accepter d’être en paix avec sa mort et celle des autres. L’EMDR et les constellations familiales sont efficaces dans les deux cas. Comment être zen face à la souffrance de l’autre demande de la zénitude et d’être profondément connecté avec la vie.

Abordons maintenant le sujet de la personne qui se trouve en face d’un joueur professionnel.

Comment sortir des jeux dramatiques ?

Dans tous les cas, la personne qui joue un jeu psychologique ne cherche pas de solution à long terme. L’objectif est de lui mettre à la conscience son besoin et sa demande. Vous ne pouvez le faire que si vous êtes en paix.

Ne pas jouer

A chaque fois que vous ressentez un malaise face à une personne, pensez que vous êtes peut-être dans un jeu et qu’il est important de clarifier l’objectif. Pour cela, la communication bienveillante est un excellent outil. Quelle émotion vivez-vous ? Quels sont les besoins à satisfaire quand vous êtes en face d’un sommet du triangle ? Vous pouvez tout d’abord formuler clairement votre intention dont voici deux exemples :

  • J’aimerais continuer dans une relation d’adulte à adulte.
  • Serais-tu d’accord d’avoir une discussion qui amène une solution ?

Si vous n’y arrivez pas, ce qui arrive souvent, passez aux besoins.

Respecter ses besoins

Voici quelques besoins importants à contacter en face d’un joueur professionnel :

  • Se sentir léger et bienveillant face à une victime. Une victime rend responsable autrui, quand ce n’est pas vous, de sa souffrance. Il est alors important de contacter votre légèreté, votre énergie intérieure et de vous sentir innocent de son état. Quand elle vous reproche un événement passé, soyez bienveillant avec vous-même et revenez dans le présent.
  • Se sentir en sécurité émotionnelle face à un persécuteur et oser lui dire avec plus ou moins de douceur.
  • Se sentir libre de ses choix face à un sauveur. Accepter d’être adulte et responsable et choyez votre autonomie.

Cette liste n’est pas exhaustive, vous pouvez sûrement en trouver d’autres.

Comment aider autrui à sortir de son jeu ?

Deux solutions sont possibles : clarifier sa demande et l’aider à contacter ses besoins.

L’aider à formuler son intention

Quand vous faites cet exercice très délicat, vous lui faites préciser ce qu’il cherche inconsciemment. Vous pouvez ne pas lui poser cette question :

Veux-tu simplement argumenter ou trouver une solution ?

Et lui demander :

J’aimerais comprendre qu’elle est ton intention.

L’intention est l’objectif de la discussion : l’aider à trouver son besoin, lui proposer une solution, aller mieux grâce à une thérapie….

Aider autrui à contacter ses besoins

Voici les besoins les plus courants d’un joueur impénitent :

  • Une victime a besoin d’être en paix par rapport à un trauma personnel ou transgénérationnel. Dans le 2e cas, il est impossible de le résoudre hors une constellation familiale. Bert Hellinger conseille de ne rien donner à une victime, qui est un vampire d’énergie.
  • Un persécuteur a surtout besoin d’amour. Il souffre, il n’ose pas le demander. Si vous êtes en paix, voyez sa souffrance pour avoir de l’empathie. Alors, si vous pouvez lui en donner, allez-y.
  • Un sauveur voudrait bien prendre votre place. Il a besoin de reconnaissance et de se sentir utile. Alors dites-lui « tu as vraiment besoin de reconnaissance ? » Il est difficile pour une mère qui veut aider son fils de l’entendre lui dire qu’il n’a pas besoin d’elle, qu’il est assez grand pour se débrouiller tout seul.

De plus, si la personne a une tendance morbide, vous pouvez lui montrer la beauté de la vie pour qu’elle reprenne espoir. L’humour et la patience sont deux sacrées ressources dont vous pouvez user et abuser.

En conclusion

Soignez votre besoin de légèreté en face d’un joueur professionnel. Sentez-vous innocent de ses réactions, clarifiez l’intention et les besoins d’amour et de reconnaissance de votre interlocuteur. Essayez aussi de remplir un besoin d’équilibre pour que chaque partie reste indépendante de l’autre.

Pour aller plus loin

Les mêmes livres recommandés dans l’article précédent plus deux livres sur la communication :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Avez-vous conscience de votre scénario de vie ?

Nous pouvons avoir tendance à reproduire un même comportement, à rejouer les mêmes jeux, perdants ou gagnants, liés à un scénario de vie dont nous avons plus ou moins conscience.

JouerCet article fait le point sur les différents types de scénario, vous empêchant de vivre et de grandir, d’être un adulte conscient de sa vie et de sa mort. Un second vous montrera comment en sortir ou aider autrui à en sortir.

Accepter de vivre et de grandir

Beaucoup de scénarios sont morbides et finissent mal, mettant l’amour au-dessus de la vie, tels Roméo et Juliette. D’autres le sont moins et reflètent plus la dynamique d’un enfant qui veut rester petit et innocent, pour ne pas grandir et se sentir responsable de sa vie, confondant alors ses interlocuteurs avec ses parents.

Les scénarios morbides

Beaucoup d’histoires nous content la vie d’un « héros » qui meurt jeune ou tragiquement : Jésus meurt sur la croix en voulant sauver le monde, le Petit Prince préfère mourir, mordu par un serpent, Leonardo di Caprio meurt noyé dans Titanic, préférant sauver sa belle, Orphée meurt assassiné par les Erynies, Roméo et Juliette meurent ensemble, Tristan meurt en pensant à Yseult.

La plupart du temps, ce scénario vient d’une fidélité à une personne de son système familial. La personne se sacrifie pour autrui, mettant l’amour au-dessus de sa propre vie. Elle suit 3 dynamiques, révélées par Bert Hellinger :

  • « Je te suis ». La personne rejoint une personne qu’elle a ou non connue, un frère ou une soeur morte, un enfant, un conjoint, un membre de sa famille, les victimes de son père qui a envoyé le déluge, Orphée va aux Enfers rejoindre Eurydice qui s’est fait mordre par un serpent tout comme le Petit Prince qui « ne voit bien qu’avec le coeur », mais qui sacrifie sa vie inutilement…
  • « Moi, à ta place ». La personne veut sauver une personne vivante… ou morte. Elle pense ainsi, par son sacrifice, sauver une personne. C’est le thème du film « Breaking the waves« , une femme se sacrifiant pour que son mari sorte du coma ou de Titanic, le héros sauvant une belle suicidaire.
  • « J’expie ». Hercule, après avoir tué femme et enfant, est condamné à 12 travaux et finit brûlé et immortel, tout fils de Zeus qu’il est. Sur terre, l’homme qui a tué ou la femme qui a avorté expie son geste en souffrant inutilement, pensant rétablir un équilibre impossible avec sa victime.

D’autres comportements morbides sont possibles, allant des pensées suicidaires aux dépendances physiques ou psychologiques. La résolution de toutes ces dynamiques est opérée lors de constellations familiales ou d’EMDR si la personne a connu celle qu’elle veut sauver.

Les scénarios enfantins

Les jeux, au sens de l’analyse transactionnelle, sont des mini-scénarios de transactions reflétant une approche et une philosophie de vie. Ils sont très bien décrits à l’aide du triangle dramatique de Karpmann « Victime, persécuteur et sauveur ».

V, P, S Le triangle dramatique

Un jeu, selon Berne, se joue en plusieurs étapes et à plusieurs, chacun jouant un des rôles de victime (V), persécuteur (P) ou sauveur (S). Pour lui, l’objectif principal est d’éviter l’intimité. Voici quelques jeux classiques en Analyse Transactionnelle affublés de noms donnés par Eric Berne.

Des jeux de Victime

Le plus connu des jeux de Victime Oui, mais, qui, en réalité, s’appelle Pourquoi est-ce que vous ne ? Oui, mais, se joue avec un sauveur patenté. Voici un exemple d’Eric Berne :

  • Victime : mon mari tient à faire les réparations et ce n’est jamais bien.
  • Sauveur : pourquoi ne prend-il pas des leçons de bricolage ?
  • Victime : oui, mais, il n’a pas le temps.

Et ainsi de suite, jusqu’à épuisement du sauveur s’il comprend qu’il s’est fait piéger…

Des jeux de Persécuteur

Voici plusieurs jeux de persécuteurs plus ou moins masqués décrits aussi par Eric Berne :

  • Dans le jeu Schlemiel, qui signifie rusé en yiddish, le persécuteur fait des dégâts chez sa victime potentielle (Schlemalz) et réussit à se faire pardonner sa maladresse. Cela lui permet de se sentir innocent à bon compte et prend place dans les jeux de sociétés.
  • Dans Battez-vous, le persécuteur envoie une bécasse, incitant autrui à parler d’un tiers et non d’elle. Il dit à sa victime ce qu’un tiers lui a dit, espérant ainsi déclencher une dispute. Eric Berne le classe dans les jeux sexuels, une femme montant ainsi deux hommes l’un contre l’autre pour la conquérir.

Un jeu très courant de persécuteur déguisé est celui qui avance en pseudo-sauveur tout en faisant appel à sa bonne conscience. Il se joue souvent sur les réseaux sociaux de développement personnel. Voici un exemple récent :

  • Une première personne se plaint de l’action d’un thérapeute en disant « il se met en colère et a un comportement odieux ». Elle joue donc le rôle d’une victime et fait appel à un sauveur connecté en demandant « Que pensez-vous de ce thérapeute qui ne nous donne aucune réponse ? » Ici, la bécasse est le thérapeute sur lequel risquent de se précipiter des internautes peu avertis.
  • Une deuxième personne connectée, qui refuse de rentrer dans son jeu, lui redonne sa responsabilité en lui demandant pourquoi elle continue et si les consultations sont gratuites.
  • Une troisième vient sauver la première en accusant la deuxième de ne « pas être sympa de demander si c’est gratuit à une personne qui a un souci ». Elle persécute la deuxième personne en se déclarant sauveuse de la première. Ainsi, elle reprend la colère de la première contre son thérapeute avec bonne conscience.

Nous constatons que ce jeu est sans fin, l’objectif étant de collectionner des « timbres », positifs ou négatifs, afin de se sentir exister. Malheureusement, cela ne résous jamais le problème.

Des jeux de sauveur

Il existe peu de jeux de sauveur. Eric Berne les classe dans les jeux du cabinet de consultation.  Ce jeu a naturellement besoin d’un partenaire patient victime / persécuteur qui montre ainsi que personne ne peut les sauver.

  • Dans J’essaie uniquement de t’aider, le bénéfice secondaire de l’assistant social est de se sentir « martyr » et innocent si la thérapie ne fonctionne pas.
  • Dans La serre, l’objectif est de parler de ses sentiments comme de plantes rares qu’il s’agit de contempler sans en chercher l’origine et comment prendre du recul pour raisonner. Je l’ai souvent vécu dans des groupes psys, surtout en séances de Rebirth et de Vittoz.

 Que pensez-vous de ce jeu ? Quand une personne pleure à vos côtés, courrez-vous à son secours pour faire preuve de compassion ?

Où en êtes-vous ?

Quel est votre scénario ? Est-il morbide ou dramatique ? Avez-vous tendance à vous sentir impuissant et innocent, à accuser autrui ou à sauver le monde ? J’aborderai dans un prochain article des pistes d’action pour sortir de ce triangle vicieux.

Pour aller plus loin

Sur l’analyse transactionnelle :

Sur les dynamiques des constellations familiales :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.