Comment prendre du recul sur ses émotions ?

Qu’est-ce que cela vous fait d’être en colère ? La question vous paraît saugrenue ? Elle vous permet pourtant de prendre du recul sur vos émotions.

Il est utilisé dans le protocole des addictions de R. Dilts pour surmonter le « craving », l’envie pressante de consommer.

Ce protocole très simple utilise 3 positions au sol et un aller retour

Prenez 3 papiers que vous mettez au sol. Inscrivez si vous voulez sur chaque papier : état initial, recul et centré. L’état centré est éloigné de l’état de recul.

Vous allez faire un chemin aller (1. retour en arrière), de l’état initial au centrage et un retour (2. aller en avant), du centrage à l’état initial.

1. En arrière

1.1 Quelle est la situation stimulante de votre état ?

Prenez une situation qui vous met dans un état « pas possible ». Voici quelques exemples.

  • Vous avez envie de fumer et vous ne fumez pas.
  • Votre ami vous demande « tu m’aimes ? »

Vous avez l’embarras du choix. Ensuite notez votre sensation quand vous êtes dans cette situation.

  • Je ressens un vide dans l’estomac.
  • Je suis complètement abattu.

C’est important pour la suite, pour la question suivante. Reculez maintenant sur le papier « recul ».

1.2. Qu’est-ce que cela vous fait de vous voir dans cet état ?

C’est la question de Virginia Satir « qu’est-ce que cela te fait d’être en colère, ou triste, ou peureux ? » Quand vous êtes sur la position dite « recul », posez-vous la question suivante une première fois.

Quand tu vois X qui a envie de fumer et qui ressent cette boule à l’estomac, que ressens-tu et qu’as tu envie de lui dire ?

Vous êtes ainsi dissocié, vous prenez du recul sur vous-même en étant sur un papier différent. Notez la réponse « elle est bête, stupide, elle fait toujours la même chose, elle pourrait changer de stratégie… » La plupart du temps, ce message n’est pas très empathique. C’est pour cela qu’il est important de se centrer.

1.3. Se centrer

Retrouver un état agréable, un lieu sûr, chez vous au chaud, sur une plage, avec votre chien ou votre chat… Décrivez  cet état et ancrez-le avec un geste.

  •  je me sens « indéboulonnable » et j’ai les 2 pieds ancrés au sol.
  • je me sens légère et mes 2 mains font des papillons.
  •  je me sens détendu et je me mets la main sur le coeur.

 Restez dans cet état dit « centré » et entamez le retour.

2. Le retour

Vous allez vous donner un conseil en restant centré.

2.1 Qu’est-ce que cela vous fait de vous voir dans cet état, en étant centré ?

Revenez sur le papier « je reste centré » et posez-vous cette question :

Avec cette légèreté, détente, indestructibilité, que puis-je dire à X qui ressent, par exemple, une boule à l’estomac ?

Laissez venir un conseil, en étant centré. Voici quelques réponses possibles : respire, va faire un tour dehors, téléphone à un ou une amie, bois un verre d’eau, etc.. Notez ces réponses.

2.2 Retour à la case départ

Revenez au papier de départ « position initiale » et recevez le message que vous avez noté.

Je suis face à la situation initiale, et une petite voix me dit « respire… » Quel effet me fait ce conseil ?

Et voilà, vous avez fait l’aller et le retour. Vous avez pris du recul sur vos émotions. Qu’est-ce que cela vous fait d’avoir été capable de prendre du recul sur vos émotions ?

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Utiliser un pont d’affect pour retrouver le trauma originel

Comment retrouver un trauma à l’origine d’un comportement indésirable ? C’est simple, par un pont d’affect, technique indispensable des thérapies brèves telles que l’hypnose éricksonienne ou l’EMDR.

Cette technique, aussi appelée « floatback », est développée par Francine Shapiro dans son dernier livre sur l’EMDR Getting Past Your Past: Take Control of Your Life With Self-Help Techniques from EMDR Therapy. Elle conseille à chaque personne de faire la liste de ses traumas passés et des événements actuels ou récents avec qui vous n’êtes pas en paix. Ici, nous partons d’un événement récent pour trouver les liens avec le passé non recomposé et à traiter.

1. le point de départ

Partez d’un événement récent ou d’une croyance négative qui vous déstabilise. Voici quelques exemples :

  • La dernière fois que j’ai vu ma mère.
  • Je pense que je suis bloqué (e).
  • Je ne peux pas réussir.
  • Un client a annulé sans me prévenir.
  • Ma dernière formation en communication non violente.

Si vous n’avez qu’un événement, trouvez la croyance négative ou la sensation associée (une boule dans la ventre, un blocage dans la gorge…)

2. Parcourez le pont vers le passé

Cumulez une image (du dernier événement), le dialogue interne (la croyance négative) et la sensation dans le corps. Fermez les yeux. et laissez-vous retourner dans votre passé.

En hypnose, dans le protocole de Restructuration d’Histoire de Vie appelée RHV, il est suggéré de prendre un moyen de locomotion  (un tapis volant, un autobus, un vélo, un train..) qui favorise ce retour dans le passé.

Notez les événements qui vous viennent à l’esprit et le niveau de détresse associé (appelé SUD pour Subjective Unit of Distress). A 0 pas de détresse, à 10, vous êtes en pleine détresse.

3. Notez les événements les plus traumatisants

En laissant venir des images ou en sortant de votre moyen de transport, listez les traumatismes les plus anciens avec le niveau de détresse le plus élevé. Vous pouvez aussi noter votre âge. Voici quelques exemples.

  • A 6 ans, je suis sur le tapis de la salle à manger pendant des tirs d’obus en Algérie. SUD 7
  • A 7 ans, je retourne à l’internat militaire le dimanche soir. SUD 10
  • A 10 ans, je suis seul à l’hôpital. SUD 5

4. Placez ces événements à côté des événements récents

Ceci, afin de tenir à jour la liste des événements à pacifier. Vous pouvez rajouter la croyance négative associée à ces événements du passé. La plupart du temps, c’est la même que l’événement de départ.

  • A 6 ans. Je suis en danger. SUD 10
  • A 7 ans. Je suis impuissant. SUD 7
  • A 10 ans. Je ne peux pas le supporter SUD 5

Le niveau de détresse peut aussi changer en fonction de la croyance négative.

La suite ?

Cela dépend du niveau de détresse de votre trauma et de votre capacité à rester zen. Si le niveau de détresse est égal ou supérieur à 5, si vous n’arrivez pas à vous centrer facilement en pensant à un lieu sûr, faites appel à un thérapeute.

Pour aller plus loin

Vous avez des remarques ? Laissez-moi un commentaire.

Souffrez-vous d’insomnie ?

Voulez-vous dormir comme un bébé ? Les troubles du sommeil touchent 20% de la population et peuvent avoir plusieurs causes : transgénérationnelles ou personnelle.

Quelles sont les idées reçues les plus fréquentes, quels sont les symptômes et comment résoudre ces troubles par des thérapies brèves ?

Les idées reçues

  • Vous ne fermez pas l’oeil de la nuit ? Les insomniaques ne se souviennent pas des périodes de sommeil. en réalité, ils bénéficient de période de sommeil.
  • On a besoin de moins de sommeil avec l’âge ? Seulement le rythme change. Plus de siestes et le sommeil vient plus tôt dans la soirée.
  • Le sommeil avant minuit compte double ? Il favorise le sommeil lent profond qui repose le corps. Le sommeil paradoxal, qui favorise le fonctionnement du cervau, augmente plus tard.
  • Compter les moutons aide à s’endormir ? Videz plutôt votre cerveau en vous imaginant dormir dans les bras de votre ange gardien.

Quelques symptômes de troubles du sommeil

  • Avez-vous du mal à vous endormir ? Vous repoussez peut-être le moment de vous allonger. Cela peut venir de votre peur de mourir (si je m’allonge, je meurs) lié à un syndrôme d’Hamlet ou du film d’horreur que vous venez de voir à la télévision.
  • Vous vous réveillez vers 3 heures du matin ? C’est l’heure du foie (entre 1 et 3 heures) en Médecine Traditionnelle Chinoise. Il se remet à fonctionner pour votre réveil. Alors mangez léger avant d’aller vous coucher, jeûnez ou nettoyez votre foie.
  • Vous vous réveillez de manière aléatoire ? Vous vous faites du souci pour quelqu’un ou un événement particulier vous trotte dans la tête.

Quelques trucs

  • Réassocier votre lit au sommeil. Levez-vous si vous n’arrivez pas à dormir et ne vous recouchez que si vous avez envie de dormir. 70% des personnes ont des résultats positifs en 2 à 3 semaines.
  • Faites ce dont vous avez le moins envie de faire quand vous vous réveillez la nuit : repassez votre linge, faites votre comptabilité, passez le balai (et non l’aspirateur pour ne pas réveiller vos voisins…). Cette technique a été préconisée par Milton Erickson.
  • Prenez le temps de vous relaxer avant d’aller vous coucher : tisanes, douche, musique, bougie…
  • Respectez votre rythme circadien en vous calant sur votre cycle de sommeil d’une heure et demie à deux heures en fonction des personnes.

Quelques thérapies brèves

Vie saine, hypnose, EMDR et constellations familiales résolvent la plupart des insomnies.

  • Mangez léger et respectez votre foie en évitant de manger copieusement du gras ou de boire de l’alcool le soir. Pratiquez la réflexologie.
  • Anticipez votre sommeil grâce à l’hypnose.
  • Nettoyez vos traumas par la pratique de l’EMDR. Vous pouvez le pratiquer pour vous, comme l’EFT, avant de dormir.
  • Soyez en paix avec votre famille grâce aux constellations familiales. Vous accepterez d’être en paix avec les morts et les vivants, tout en étant allongé.

Pour aller plus loin

En français

En anglais
Des liens intéressants

Vous avez des remarques ? Laissez-moi un commentaire.

Comment résoudre vos contradictions internes en une demi-heure ?

Voici un protocole de PNL simple qui vous permet de monter dans l’échelle de vos valeurs pour résoudre une ambivalence apparente. En montant dans votre échelle des valeurs, vous résolvez une contradiction interne entre 2 valeurs apparemment contradictoires.

Ce protocole est très intéressant dans le cadre d’une thérapie brève pour traiter des dépendances (drogues, alcool, tabac, jeux, alimentation…)

Il fait partie d’une série de protocoles inventée par Robert Dilts pour traiter les addictions qui s’inspire du programme des Alcooliques Anonymes.

La contradiction interne existe dans le cas de dépendance

Prenons l’exemple d’une personne qui fume. Elle fume et a envie d’arrêter de fumer :

  • Elle fume pour une bonne raison, la raison 1 (pour le plaisir, pour se calmer, pour être en paix…).
  • Elle veut arrêter de fumer pour une bonne raison aussi, la raison 2 (pour être en bonne santé, pour être libre, pour contribuer au bien-être de sa famille…).

Et comme elle continue à fumer, la première raison est supérieure à la deuxième. Comment faire ? Trouver une raison supérieure à la plus importante, la première.

Pour quelle raison arrêter la dépendance ?

Cette technique utilise des papiers au sol. Elle permet ainsi  une dissociation facile, favorisée en PNL. La personne se met sur un premier papier représentant son état désiré, quand elle aura arrêté de fumer. Voici la première question.

Quand tu auras arrêté de fumer, dans quel état seras-tu ?

La personne peut décrire son état : je respirerai plus facilement, je me sentirai plus joyeuse et adulte. Quand cet état cible est défini, allez sur un deuxième papier pour identifier la raison pour laquelle la personne veut arrêter de fumer.

Pourquoi X veut-elle atteindre cet état quand elle aura arrêté de fumer, joyeuse et adulte ?

Voici un exemple de réponse : elle veut se sentir libre. Ce qui est une réponse courante dans le cas de dépendance, se sentir libre de la dépendance.

Pour quelle raison continuer la dépendance ?

Tout comportement répond à une intention positive. Pourquoi continuer à  être dépendant de la cigarette. Posons la question en allant sur un 4e papier et en posant la question.

X continue à fumer. Pourquoi continue-t-elle ?

Votre interlocuteur peut répondre : parce que cela la calme, elle retrouve ainsi une paix intérieure. Ce qui est souvent le cas. La nicotine déstresse. L’individu ravale son énergie au lieu de la lâcher.

La question à 10 000 dollars

Comment trouver une raison ou une valeur supérieure à la paix ? En posant la question suivante…

As-tu une fois, dans ta vie, accepté de faire quelque chose, alors que tu n’étais pas en paix ?

Restez silencieux car il n’est pas facile de répondre à cette question. Vous pouvez la relire… Avez-vous, une fois dans votre vie, accepter de faire quelque chose, alors que vous n’étiez pas en paix.

Voici des réponses possibles à cette question magique :

  • J’ai accepté de rendre service à mon fils et je n’étais pas en paix.
  • J’ai accepté de passer un examen important pour moi.
  • J’ai accepté de refuser à ma fille de sortir car j’avais peur pour elle.

Dans tous les cas, vous allez dans une valeur supérieure à la paix recherchée par la dépendance :

  • Contribuer au bien être de personnes qui vous sont chères.
  • Donner du sens à sa vie.

Nous avons trouvé une valeur supérieure à celle qui pousse à continuer la dépendance !!! objet de cet article.

Pour aller plus loin :

Vous avez des remarques ? Laissez-moi un commentaire.

 

Connaissez-vous la réflexologie ?

Il y a plusieurs années, j’avais des paresthésies, des lancements dans la main droite. Je sentais comme un courant électrique en touchant la souris de mon ordinateur. Ma main s’engourdissait la nuit et m’empêchait de dormir. Après avoir consulté médecins et osthéopathes sans résultat, la solution est venue de la réflexologie. Trois séances… douloureuses ont suffi à ce que je sente une nette différence. Birgitta von Warburg, qui vit à Zürich, m’a appris cette technique et qui exerce en Suisse, m’a massé les zones du foie et de la rate pendant plusieurs heures, avec succès. Je dormis bien pour la première fois depuis longtemps.

La réflexologie est une méthode millénaire qui s’appuie sur la notion de points réflexes, qui n’ont rien à voir avec la Médecine Traditionnelle Chinoise. En massant certaines zones des pieds ou des mains, vous activez la circulation du sang dans des zones éloignées. La colonne vertébrale est au centre et les membres supérieurs et inférieurs sur les côtés, comme sur le dessin.

Un bref historique

Dans un livre paru en 1917, William Fitzgerald, médecin à l’hôpital de Boston, explique comment, en massant l’orteil droit du pied d’une chanteuse, celle-ci a pu chanter 2 notes de plus.

Il a dessiné les correspondances entre les zones du corps et les zones du pied et est considéré comme le pionnier de la réflexologie moderne.

Les différences entre écoles

Les « cartes » de références ne sont pas toutes les mêmes. Voici les différences les plus notables.

Le genou et le coude

Comme vous le voyez sur le schéma ci-dessus, genou et coude sont au même endroit. Vérifiez sur les planches que l’on vous propose… et posez la question.

La place et la grosseur du foie

La plupart des auteurs placent le foie à droite, ce qui est normal. Mais il est rikiki… Alors que le foie est gros et déborde à gauche.

La place du coeur

Certains placent le point réflexe du coeur sous l’annulaire gauche, alors que le coeur est plutôt situé au centre. C’est parce que c’est le point du maître du coeur…. Birgitta l’a testé en prenant les pouls.

Dessus ou dessous ?

Vous avez les mêmes zones au-dessus et en-dessous, des mains ou des pieds. Au dessus, la peau est plus mince et plus accessible. Elle est aussi plus douloureuse.

Efficace ?

Des études ont été faites sur des femmes enceintes en Grande Bretagne ayant suivi 10 séances. Cela atténuait les douleurs et accélérait le temps de travail et d’expulsion des bébés….

Sinon, j’ai pu remarquer la différence sur les nombreux clients de Birgitta.

Combien de séances ?

Autant de temps que l’apparition du symptôme… En fonction du type de massage. Un massage comme Birgitta, avec un outil, est douloureux, mais efficace. La régularité est essentielle. Faites 3 séances avec un réflexologue et sentez la différence.

Vous pouvez masser vous-même la zone adéquate si vous avez la persévérance. Si vous avez le courage, un quart d’heure minimum par jour est nécessaire, une heure au début.

Comment savoir si vous êtes sur le bon point ?

Avec l’expérience, vous sentez une boule, vous entendez un son, vous baillez… ou pleurez des yeux, autant d’indication que vous êtes sur le bon point. Persévérez et concentrez-vous sur les points importants plutôt que de « papillonner ». Un diagnostic « MTC chinoise » aide grandement à aller au bon point, à l’élément faible.

Pour aller plus loin :

Si vous voulez approfondir la MTC (médecine traditionnelle chinoise) :

Connaissez-vous et utilisez-vous le VAKO ?

Nous utilisons tous des canaux de communication privilégiés. La plupart des gens sont plus à l’aise avec la Vision, d’autres avec les sons, les sensations physiques (les kinesthésiques) et les odeurs. Ces types de communications sont résumés par l’expression VAKO (Visuel, Auditif, Kinesthésique et Olfactif).

A quoi cela peut-il bien servir ? Avant de répondre à cette question nous allons développer une découverte majeure de la PNL, les mouvements des yeux. Sur le dessin suivant, nous retrouvons V pour visuel, A pour auditif et K pour kinesthésique : en haut pour visuel, au milieu pour auditif et en bas pour kinesthésique.

Ce dessin est tiré du livre Apprendre à apprendre avec la PNL de Alain Thiry et Yves Lellouche. Voici les termes que vous découvrirez dans l’article.

Les mouvements des yeux indiquent le canal utilisé

La PNL a mis en évidence une relation entre le canal sensoriel et le mouvement des yeux. Elle a aussi corrélé une notion du temps avec la droite et la gauche, qui n’a rien à voir avec l’EMDR, technique de stimulation bilatérale des sens. La représentation de votre ligne du temps se reflète dans le mouvement de vos yeux.

Construit ou remémoré ?

Dans la plupart des cas, une personne qui regarde sur sa gauche évoque le passé et, quand elle regarde sur sa droite, elle construit une image ou un son. Si elle fait le contraire (évoque le futur sur sa gauche et le passé sur sa droite), elle est dite « inversée ».

Il est important de calibrer les mouvements des yeux de la personne en lui posant des questions anodines telles que :

  • Avez-vous un souvenir agréable de votre enfance ? Question faisant appel au Remémoré.
  • Seriez-vous capable d’évoquer un dinosaure bleu ? Question faisant appel au Construit.
Prononcez des paroles neutres. Évitez « Avez-vous une image agréable de votre enfance ? » ou « Quelle est la couleur des yeux de votre mère » si vous voulez trouver le canal privilégié.

Vous vérifiez ainsi son mode de représentation privilégié et si elle est inversée. Quelquefois, la personne ne va jamais dans le passé avec ses yeux…. Peut-être des images internes négatives lui font toujours peur.

Le dialogue interne (Di) est en bas

En bas des yeux le phénomène est différent : Kinesthésique d’un côté et Dialogue Interne de l’autre. C’est comme si le kinesthésique était toujours présent dans le corps.

Quand une pensée négative vous poursuit intempestivement, changez alors la position de vos yeux. Cela vous permettra de vous centrer et de retrouver un calme intérieur.

Utiliser le VAKO pour communiquer

La première utilisation du VAKO est dans la communication. Restez dans le même canal que votre interlocuteur pour être sur sa « longueur d’onde ». Si votre interlocuteur vous dit :

« je ne saisis pas ce que tu veux me dire »

inutile de lui faire un dessin, il ne le « saisira » pas. De plus, s’il a été traumatisé par des professeurs la plupart du temps visuels, il risque de paniquer, car vous lui rappelez innocemment des mauvais souvenirs. Il sera alors important de rétablir la connexion avant de poursuivre par des savantes explications.

« C’est difficile pour toi de comprendre. Est-ce que tu désires approfondir le sujet ? »

Avec des termes faisant appel au kinesthésique (comprendre, approfondir…).

Utiliser le VAKO pour apprendre

La deuxième application est l’apprentissage. La stratégie gagnante pour apprendre et retenir est la suite Visuel (je vois et j’apprends) et Kinesthésique (Je ressens si c’est vrai).

Si vous voulez retenir l’écriture d’un mot, placez-le en haut à gauche, fermez les yeux pour le remémorez, écrivez-le en ressentant si vous l’avez bien écrit.

L’étape trop souvent courante « je me demande si je vais réussir » qui est un reflet de votre dialogue interne est inexistante dans cette stratégie gagnante.

Apprenez à réussir en « shootant » votre dialogue interne, surtout en cas de doute.

Pour aller plus loin

Lisez l’excellent livre Apprendre à apprendre avec la PNL cité ci-dessus. Abordable et excellent.

Robert Dilts a analysé des stratégies gagnantes de personnes célèbres telles que Vinci et Holmes : Stratégies du génieMozart et Disney : Stratégies du génie, Aristote, Einstein… Son livre le plus simple où il aborde le sujet est Des outils pour l’avenir.

Si vous avez des remarques ou une bibliographie, laissez un commentaire.

Connaissez-vous l’EMDR ?

Cette thérapie, découverte par la psychologue étasunienne Francine Shapiro en 1987, l’EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing), désensibilisation et reprogrammation à l’aide de mouvements oculaires, cible directement le traumatisme.

La stimulation bilatérale de l’EMDR soigne

Grâce à une stimulation bilatérale droite gauche, oculaire, auditive ou sensorielle, la détresse liée à un traumatisme diminue spontanément. Ce phénomène d’apaisement des traumatismes permet la cicatrisation de tous types de traumatisme, des plus forts, tels des souvenirs de guerre, aux plus légers, telle que l’insulte que vous a proféré votre voisin hier soir. Le corps utilise ce phénomène en phase de sommeil paradoxal. Quand vos yeux ont des mouvements rapides, ils guérissent des traumatismes de la veille.

Surtout les traumatismes passés

Si vous avez subi des agressions verbales, physiques, uniques ou répétées, il est normal que vous soyez sur le qui-vive en permanence. L’événement traumatisant n’a pas été digéré et soigné. Cet état de guerre interne peut-être soulagé en quelques séances.

Le protocole EMDR

Après un interview recensant vos traumatismes passés, le thérapeute soignera votre sortie en vous faisant penser à un lieu sûr, un lieu réel ou imaginaire dont l’évocation vous rassurera et vous mettra en paix.

Vous diminuez la détresse liée à l’image et la croyance négative, vous augmentez la véracité de la croyance positive. Une fois celle-ci installée, vous vérifiez, par un scanner imaginaire fait avec la nouvelle croyance, que votre corps est en harmonie avec celle-ci.

Voici le processus d’EMDR résumé :

Voici les différentes phases détaillées…

Lire la suiteConnaissez-vous l’EMDR ?