Comment changer de croyance ?

Voici un exercice simple à faire si vous voulez changer une croyance négative en une croyance positive.

Changer de croyance

Inspiré d’un protocole de Robert Dilts, il se déroule en 6 points. Partez d’une pensée que vous avez envers vous quand vous vous sentez moins que parfait.

1. Prenez une pensée négative envers vous-même

Que pensez-vous de vous dans des cas où vous vous sentez « moins que parfait », quand vous vous excusez, quand vous regrettez un acte que vous avez commis ? Voici un exemple de croyance négative envers soi-même :

« je suis un gros feignant »

Si ce n’est pas le cas, prenez une autre croyance.

2. Qui vous l’a prononcée ?

Cherchez dans votre mémoire qui a bien pu vous prononcer cette phrase délicate « tu es fainéant » ou quelque chose d’approchant. Quelqu’un de votre famille ? Un faux-ami ? Revenez à cette scène quand quelqu’un vous la prononcée.

3. Donnez-lui de la compassion

Donnez de la compassion ou de la compréhension à cette personne, des ressources qui la rendent plus humaine.

4. Que deviens cette croyance ?

Que voulait-elle vous dire si maladroitement ? Qu’auriez-vous voulu qu’elle vous dise à la place ?

J’ai confiance en toi. Tu peux y arriver à ton propre rythme.

Cela vous plait mieux ? Alors gardez cette nouvelle croyance en tête.

5. Revivez votre vie jusqu’à aujourd’hui avec cette nouvelle croyance

Imaginez une ligne de vie où vous repartez depuis votre enfance. Et répétez-vous la nouvelle croyance positive.

6. Donnez-la à un ami cher

Une fois arrivé à aujourd’hui, donnez-la à un ami cher, à un de vos enfants. Prononcez-lui cette nouvelle croyance.

Tu peux avoir confiance en toi et y arriver en avançant à ton propre rythme.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce possible ?

Pour aller plus loin

Deux livres de PNL sur les croyances et sur la ligne de vie.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Vivez le voyage du héros avec des papiers au sol !

Le voyage du héros de Joseph Campbell se distingue par le franchissement d’un seuil et un retour à la maison. Comment utiliser cette métaphore dans le cadre d’une thérapie brève ?

En insistant sur le franchissement du seuil pour avancer. Voici une manière de l’utiliser avec des papiers au sol. Vous pouvez aussi utiliser cette métaphore en constellations familiales en prenant des représentants en chair et en os pour les concepts et non des papiers. Ce protocole a été inventé par Robert Dilts.

Le voyage du héros selon Campbell

Joseph Campbell est un mythologue qui a étudié de nombreux mythes et en a déduit un voyage standard du héros.

Quel est selon lui, le voyage type ?

Voici un résumé de son voyage.

  • Le héros entend un appel, une mission de vie qu’il peut accepter ou refuser.
  • S’il accepte cet appel, il est confronté à une limite, un seuil qu’il doit franchir.
  • Il peut trouver un guide qui lui donne du courage pour franchir le seuil. Il peut en trouver aussi sur sa route, qui lui montreront le chemin. Si le héros ne sait où aller, le guide ne sera pas en mesure de l’aider.
  • Il affronte alors un dragon qui l’effrayait. Il s’agit souvent d’une face cachée du héros, une part de lui-même non intégrée, une source d’énergie interne dont il n’avait pas encore conscience.
  • Il peut alors agir, achever la tâche, atteindre son objectif. C’est le climax, le graal, la belle...
  • Pour finir, il rentre chez lui, partage son histoire avec sa famille ou son clan, livrant ainsi à ses proches une compréhension nouvelle du monde, un nouveau message.

Douze étapes ont été retenues que vous pouvez trouver dans un texte en anglais.

Voici un dessin tiré de mon livre « Sur le chemin de l’âme » qui détaille ce chemin.

Passons à la partie pratique.

1. Choisissez le dragon et le seuil

La première question est : « de quoi as-tu peur ? » « Quel est ton dragon ? » Voici quelques réponses : de nager, de plonger, de me retrouver seul (e)…

La deuxième question est « Quel est ton seuil ? » Que dois-tu franchir pour affronter ton dragon ? Voici quelques réponses : une rivière, une montagne, un ravin… Si vous n’avez pas de réponses précises, peu importe, l’exercice fonctionne quand même.

2. Choisissez vos guides

Posez la question suivante : 

De quelles ressources as-tu besoin pour franchir le seuil ?

Ces ressources peuvent être le courage, la ténacité, la ruse, l’intelligence…

Ensuite, choisissez des guides qui vous apporteront ces ressources, un guide par ressource : David Crockett pour le courage, Indiana Jones pour la ténacité, Mac Gyver pour la ruse, etc.

Placez les papiers au sol ainsi.

Chaque papier représente un concept : héros, seuil, dragon et guide. Placez-les ainsi au sol.

Prenez les ressources données par les guides. Etes-vous prêt à avancer, à franchir le seuil et à être face au dragon ?

3. Franchissez le seuil

Avec toutes ces ressources, avez-vous franchi le seuil ?

  • Si oui, qu’avez-vous appris de votre voyage ? Qu’il est important d’avancer pas à pas ?
  • Si non, avez-vous besoin de ressources et de guides supplémentaires ? Vous pouvez recommencer jusqu’à ce que vous soyez prêt.

Retenez, le véritable héros revient à la maison !

Pour aller plus loin

Posez-moi des questions, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Comment résoudre vos contradictions internes en une demi-heure ?

Voici un protocole de PNL simple qui vous permet de monter dans l’échelle de vos valeurs pour résoudre une ambivalence apparente. En montant dans votre échelle des valeurs, vous résolvez une contradiction interne entre 2 valeurs apparemment contradictoires.

Ce protocole est très intéressant dans le cadre d’une thérapie brève pour traiter des dépendances (drogues, alcool, tabac, jeux, alimentation…)

Il fait partie d’une série de protocoles inventée par Robert Dilts pour traiter les addictions qui s’inspire du programme des Alcooliques Anonymes.

La contradiction interne existe dans le cas de dépendance

Prenons l’exemple d’une personne qui fume. Elle fume et a envie d’arrêter de fumer :

  • Elle fume pour une bonne raison, la raison 1 (pour le plaisir, pour se calmer, pour être en paix…).
  • Elle veut arrêter de fumer pour une bonne raison aussi, la raison 2 (pour être en bonne santé, pour être libre, pour contribuer au bien-être de sa famille…).

Et comme elle continue à fumer, la première raison est supérieure à la deuxième. Comment faire ? Trouver une raison supérieure à la plus importante, la première.

Pour quelle raison arrêter la dépendance ?

Cette technique utilise des papiers au sol. Elle permet ainsi  une dissociation facile, favorisée en PNL. La personne se met sur un premier papier représentant son état désiré, quand elle aura arrêté de fumer. Voici la première question.

Quand tu auras arrêté de fumer, dans quel état seras-tu ?

La personne peut décrire son état : je respirerai plus facilement, je me sentirai plus joyeuse et adulte. Quand cet état cible est défini, allez sur un deuxième papier pour identifier la raison pour laquelle la personne veut arrêter de fumer.

Pourquoi X veut-elle atteindre cet état quand elle aura arrêté de fumer, joyeuse et adulte ?

Voici un exemple de réponse : elle veut se sentir libre. Ce qui est une réponse courante dans le cas de dépendance, se sentir libre de la dépendance.

Pour quelle raison continuer la dépendance ?

Tout comportement répond à une intention positive. Pourquoi continuer à  être dépendant de la cigarette. Posons la question en allant sur un 4e papier et en posant la question.

X continue à fumer. Pourquoi continue-t-elle ?

Votre interlocuteur peut répondre : parce que cela la calme, elle retrouve ainsi une paix intérieure. Ce qui est souvent le cas. La nicotine déstresse. L’individu ravale son énergie au lieu de la lâcher.

La question à 10 000 dollars

Comment trouver une raison ou une valeur supérieure à la paix ? En posant la question suivante…

As-tu une fois, dans ta vie, accepté de faire quelque chose, alors que tu n’étais pas en paix ?

Restez silencieux car il n’est pas facile de répondre à cette question. Vous pouvez la relire… Avez-vous, une fois dans votre vie, accepter de faire quelque chose, alors que vous n’étiez pas en paix.

Voici des réponses possibles à cette question magique :

  • J’ai accepté de rendre service à mon fils et je n’étais pas en paix.
  • J’ai accepté de passer un examen important pour moi.
  • J’ai accepté de refuser à ma fille de sortir car j’avais peur pour elle.

Dans tous les cas, vous allez dans une valeur supérieure à la paix recherchée par la dépendance :

  • Contribuer au bien être de personnes qui vous sont chères.
  • Donner du sens à sa vie.

Nous avons trouvé une valeur supérieure à celle qui pousse à continuer la dépendance !!! objet de cet article.

Pour aller plus loin :

Vous avez des remarques ? Laissez-moi un commentaire.

 

Pourquoi fumez-vous ?

Pourquoi est-ce si difficile d’arrêter de fumer ? Parce que vous avez une bonne raison de continuer. C’est ce qu’on appelle l’intention positive en PNL. Comment la connaître ?

Robert Dilts a inventé une technique, qui fait partie d’un protocole sur les dépendances, qui vous permet de savoir pourquoi vous avez un comportement dépendant. Voici un exemple de recherche de l’intention positive dans le cadre de l’arrêt du tabac.

Lire la suitePourquoi fumez-vous ?