J’ai de la valeur. En-êtes vous persuadé ?

« Je n’ai pas de valeur » ou « je suis nul » est une des croyances négatives les plus répandues. Est-ce votre cas ?

Nous allons prendre cet exemple pour aborder le thème des croyances négatives, celles qui vous pourrissent la vie. Je me suis appuyé sur le livre de Francine Shapiro sur l’EMDR pour les différents types de croyances.

Les différentes croyances négatives

Elles sont regroupées en 3 thèmes : la valeur, la sécurité et la puissance. Voici les plus courantes dans chaque thème.

Je n’ai pas de valeur

Voici d’autres croyances sur le thème « je suis ou j’ai fait quelque chose de mal » : Je suis nul, je suis terrible, je suis horrible, je mérite de mourir, je ne suis pas aimable, je suis stupide, je ne suis pas capable de… ou je ne mérite pas…

Je suis en danger

Dans ce cas, nous avons peur en permanence : Je ne suis pas en sécurité, je ne peux faire confiance en personne, je ne suis pas en paix… Cela vient souvent d’événements dramatiques de l’enfance (séjours répétés à l’hôpital, enfants battus…) ou d’un trauma unique très fort (accident de voiture, incendie, agression…).

Je suis impuissant

Souvent, c’est suite à une situation, répétée ou non, qui a eu lieu dans notre enfance, quand nous étions petit. Quelquefois, l’enfant veut sauver ses parents ou ses frères et soeurs, alors qu’il est tout petit : Je ne peux pas me faire confiance, je ne suis pas à la hauteur, j’aurais du faire quelque chose, je ne peux pas réussir, je suis coupable.

D’autres croyances courantes

Voici d’autres croyances que j’ai souvent observées qui ne sont pas dans le livre de F. Shapiro

  • Je ne peux pas le supporter : cette croyance fonctionne bien et possède un sceptre assez large, les parents, les conjoints, les enfants, les collègues de bureau, votre supérieur hiérarchique, vos clients fils à maman ou à papa ou ceux qui veulent mourir et adorent la contradiction.
  • Je ne peux pas me pardonner : j’aime prendre cette croyance dans le cas d’avortement. La personne est coupable et responsable, mais elle est humaine et peut se pardonner. Elle a fait du mieux qu’elle a pu.
  • Je ne peux pas guérir. Je l’utilise dans le cas de maladie, avec « je ne peux pas le supporter ».

Passons au positif…

Les croyances positives associées

Quelles sont les croyances positives correspondantes ? Ceci n’est pas facile, en voici quelques unes :

J’ai de la valeur

Vous avez de la valeur parce que vous êtes humain et en vie, tout simplement, non à cause de vous, mais parce que vous faites partie de l’humanité. Robert Dilts précise : je te vois, tu me vois, je suis unique, j’ai de la valeur, je peux contribuer…

Vous pouvez vous répétez en boucle : je suis bien comme je suis, je peux m’aimer comme je suis, je mérite de vivre, je peux réussir, je peux être heureux, je m’aime et je m’accepte complètement et profondément, phrase clé de l’EFT, j’ai fait du mieux que j’ai pu, je peux me pardonner.

Je suis en sécurité

Cette croyance positive est importante : je suis en sécurité, je sais à qui je peux faire confiance, je peux être en paix, même si tout s’agite autour de moi. C’est le premier pas pour avoir confiance dans l’univers.

J’ai des choix

Le contraire de l’impuissance… et de l’irresponsabilité. J’ai des choix, je peux réussir, je peux me faire confiance. Je préfère ces croyances « douces » à « je suis fort ».

Faites votre marché pour guérir

Quelles sont les croyances négatives qui vous mettent le plus en détresse ? Quelles sont les croyances positives auxquelles vous ne croyez pas ?

Sélectionnez les 3 croyances négatives qui vous mettent le plus en détresse. Ensuite, faites un pont d’affect pour retrouver l’événement original. Si vous ne trouvez rien, allez voir un thérapeute pour le retrouver ou pour découvrir un traumatisme transgénérationnel. Vous pouvez aussi vous trouver nul et avoir envie de mourir parce que vos parents ont perdu un enfant, parce que vous avez un frère ou une soeur morte. Cet événement n’est pas personnel, il est systémique.

Sinon, vous pouvez utiliser cette liste en partant des événements qui vous traumatisent encore aujourd’hui et trouver la croyance négative qui vous met le plus en détresse et la positive auquelle vous ne croyez pas… encore.

Pour aller plus loin

De Robert Dilts

A été un élève du célèbre Milton Erickson et donne toujours des séminaires très intéressants :

Richard Bandler et John Grinder

Ont créé la PNL. Leurs livres sont très clairs. En voici un de base..

Transe-formations : Programmation Neuro-Linguistique et techniques d’hypnose éricksonienne

Francine Shapiro

A créé l’EMDR, voici un livre de base et son dernier livre en anglais où elle parle des croyances.

Si vous avez des remarques, faites-moi un commentaire.

 

Comment se débarrasser de ses pensées négatives ?

Vous avez des idées récurrentes qui ne mènent à rien ? Vous vous faites un sang d’encre pour vos enfants, vos parents, votre famille ou pour toute la planète ? Comment faire pour arrêter le processus ?

Se poser des questions en permanence fait baisser l’énergie et perdre la connexion avec le temps présent, son centre et son âme… Comment arrêter ce processus énergétivore ? En revenant dans le temps présent grâce aux 5 sens, en « musclant » son esprit ou en soignant son corps.

Avec les 5 sens

Vous arrêtez de vous fixer sur le passé ou l’avenir en reprenant place dans le présent en faisant appel à un ou plusieurs sens de votre corps.

Avec un seul sens :

Passons en revue le kinesthésique, le visuel et l’auditif, un peu de VAKO

1. En jouant avec votre corps

Voici quelques techniques…

  • Le plus facile et le plus courant est de prendre conscience de sa respiration…  C’est le plus simple, vous vous concentrez sur votre respiration, sur l’inspir et sur l’expir. A l’expir, vous vous détendez et chassez les pensées. Le yoga et le pranayama sont des techniques centrées sur la respiration.
  • Vous pouvez aussi changer la position de vos yeux pour vous centrer et arrêter votre dialogue interne…
  • Vous pouvez vous concentrer sur votre respiration pour calmer votre coeur grâce à la cohérence cardiaque.

Toutes ces techniques sont efficaces, à condition de vous entraîner.

2. En faisant venir une image.

Vous avez plusieurs techniques visuelles à votre disposition :

Vous en trouverez sûrement d’autres. 

3. En émettant une pensée « contre-feu »

Là aussi, vous avez l’embarras du choix. En cas d’apparition intempestive de pensées négatives vous pouvez penser :

L’important n’est pas tant ce que vous dites que l’intention qui y est associée.

En combinant vos sens :

Voici 2 exemples :

  • Respiration et pensée : telle que Stop mental. En visualisant une rose sous le nez dont on respire la senteur.
  • Image et pensée : visualisez vos pensées sous forme d’image, comme un nuage qui s’en va, poussé par le vent. La circulation de la respiration dans le corps, inspirez dans les mains, dans les pieds, soufflez dans les pieds ou dans les mains.

Vous avez un audio complet sur le site divine lumière.

En prenant soin de son esprit

Après avoir découvert comment faire face « instantanément » aux pensées négatives, vous pouvez vous en occuper en allant à leurs racines, les traumas qui en sont à l’origine et en augmentant votre résistance à la rumination.

1. En cicatrisant le passé

Un trauma engendre une pensée négative. La plus courante est « je suis en danger ». Passer de la peur du danger à la paix est un processus clé. La technique la plus efficace est l’EMDR. Elle traite le trauma et la croyance négative.

2. En étant en paix avec ses parents

Si vous êtes en paix avec vos parents, vous êtes en paix avec la vie. Les constellations familiales favorisent ce processus.

3. En méditant

En prenant du temps pour vous, vous entraînez votre esprit à faire le vide. Vous avez un audio complet sur le site divine lumière.

4. En cherchant le besoin correspondant

Tenez un journal de bienveillance dans lequel vous notez :

  • Vos états désirés de la journée.
  • La célébration de ce qui vous a plu, des besoins que vous avez satisfaits.
  • Le deuil de ce qui vous a déplu, des besoins que vous n’avez pu satisfaire.

Vous pourrez ensuite vous connecter plus facilement à ce qui est vivant en vous, vos besoins et trouverez plus facilement le besoin à satisfaire derrière la pensée négative.

En soignant son corps

Un corps « faible » ne peut vous aider. Il est recommandé de vous en occuper si vous voulez rester tonique dans vos pensées.

1. En pratiquant une activité physique

Faites de l’exercice une demi-heure par jour. L’activité physique est « anti-dépresseur », améliore les réflexes, la mémorisation, la digestion…. Pratiquez les Les 5 tibétains : Secrets de jeunesse et de vitalité. Regardez la vidéo correspondante.

2. En mangeant sainement

Mâchez 50 fois, évitez de manger de la viande qui demande du temps à être digérée, mangez légèrement le soir avant de vous coucher, mangez assis, buvez 1,5 litres d’eau par jour, jeûnez de temps en temps.

Vous avez d’autres conseils dans le livre de Deepack Chopra Santé parfaite – Guérir, rajeunir et vivre heureux avec la médecine indienne

3. En surveillant votre foie

En Médecine Traditionnelle Chinoise, la « rumination » est liée à la rate. Nettoyer votre foie, qui est notre centrale chimique d’épuration, vous fera perdre du poids et améliorera votre légèreté de l’être. Nous en avons pratiquement tous besoin.

Vous pouvez lire :

Vous avez pu faire connaissance avec de nombreuses techniques. Commencez dès maintenant avec celle qui vous semble la plus facile, puis, persévérez. Comme le dit Bert Hellinger :

Il faut être courageux pour être heureux.

Alors profitez de la vie. Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire…