Image

Quelle est votre prochaine pensée ?

J’ai inventé un exercice très simple, inspiré d’une question d’Eckart Tolle, pour calmer vos pensées récurrentes.

pensée

Il repose sur une approche en 3 temps et une simple question : « quelle est votre prochaine pensée ? » Voici cet exercice avec un exemple anodin.

Les 3 temps de l’exercice

Pour clarifier votre pensée et prendre une décision, nos 3 temps de base sont nécessaires : faire une pause, réfléchir et décider. Dans la phase de réflexion se trouve souvent la prise de conscience du stimulus. Ici, ce stimulus est la pensée. Le troisième temps consiste à se décider… à simplement prendre conscience de la suivante et de recommencer jusqu’à ce que le vide ou une pensée positive s’ensuive.

1. Faire une pause et respirer

Dans un premier temps, faites une pause pour ralentir le rythme et prendre du recul sur vos pensées.

2. Prendre conscience de sa pensée

Puis, dans un deuxième temps, prenez conscience de votre pensée. Quelle est-elle ? Est-elle à l’intérieur ou à l’extérieur de vous ? Si elle est à l’intérieur, mettez-la à l’extérieur. Cela peut être difficile pour les personnes kinesthésiques, le K du VAKO. Elle doivent s’entraîner à ressentir leurs visions…

3. Respirez et posez-vous la question « Quelle est ma prochaine pensée ? »

Enfin, voici le dernier temps d’une boucle. Après avoir identifié votre réflexion actuelle, posez-vous cette question :

Quelle est ma prochaine pensée ?

D’autres questions sont possibles, telles que  : cette pensée est-elle utile ? Et si c’était vrai, quelle serait la conséquence ?

Et laissez la réponse venir à vous.

  • S’il y en a une, recommencez l’exercice. Placez-la à côté de la première. Faites une pause, respirez et reposez-vous la question.
  • S’il n’y en n’a pas, réjouissez-vous, vous avez arrêté l’autoallumage.

Normalement, au bout d’un certain temps, les pensées s’arrêtent ou deviennent positives. Néanmoins, s’il y en a plus de dix, notez les réponses et continuez l’exercice plus tard. Sinon, vous risquez de vous fatiguer.

Un exemple ? Je n’y arriverais jamais.

Prenons comme exemple une pensée extrêmement rare : « je n’y arriverais jamais ». Voici les pensées suivantes et leur localisation dans l’espace.

Je n’y arriverais jamais.

Cette pensée est sur mon côté gauche, à côté de mon oreille. Je la place devant moi en bas à droite. Et j’attends la suivante.

Ce n’est pas exact, tu viens de réussir à la changer de place.

C’est faux, trouve une pensée positive.

Je peux y arriver.

Je peux réussir ce qui est important pour moi.

Je peux me donner du temps pour réussir.

C’est la fin, je n’ai plus de pensées, c’est le vide. Elles sont devant moi, venues se placer les unes à la suite des autres, de ma droite à ma gauche, comme des petites balles roses sympathiques. En conclusion, j’ai remplacé la croyance « je n’y arriverai jamais » par « je peux me donner du temps pour réussir ».

Pour aller plus loin

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

7 Responses to “Quelle est votre prochaine pensée ?”

  1. Joyce
    9 octobre 2016 at 13 h 29 min #

    Oui c’est tres efficace et surprenant merci

    • Michel Diviné
      10 octobre 2016 at 10 h 17 min #

      Content de vous avoir aidé….

  2. Céline
    12 novembre 2016 at 16 h 46 min #

    C’est vrai que c’est efficace, juste une petite précision: la différence entre une pensée intérieure et extérieure je la comprends comme ça : Une pensée intérieure provient de nous, notre imaginaire, nos conditionnements… une pensée extérieure est quant à elle le « résultat » d’un « stimuli extérieur », d’une remarque faite pas quelqu’un ou autre, qui provoque une pensée chez nous ?

    • Michel Diviné
      13 novembre 2016 at 6 h 51 min #

      Peut être me suis-je fait mal comprendre. Un stimulus interne est une pensée, un stimulus externe est l’événement. Pour moi, la pensée est toujours interne.

  3. Céline
    18 novembre 2016 at 20 h 58 min #

    D’accord, je crois que j’ai compliqué la chose, en gros, la pensée est toujours interne et en fait c’est à nous de la rendre « externe » par la visualisation, c’est cela que vous vouliez dire, je pense, en demandant dans le deuxième point si la pensée est à l’intérieur ou à l’extérieur de nous.

    • Michel Diviné
      21 novembre 2016 at 11 h 30 min #

      Céline, c’est exactement cela. Elle est le plus souvent interne, surtout pour les personnes kinesthésiques…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Prendre chaque jour soin de soi | Michel Diviné - 1 février 2017

    […] « Surveiller mes pensées » est celui décrit dans l’article Quelle est ma prochaine pensée ? Ainsi, le lendemain, vous pouvez vous rendre compte quelles activités vous ont procuré du […]

Laissez une réponse

Afficher un lien vers mon dernier article

Comments links could be nofollow free.