Paroles d’experts

Voici quelques déclarations d’experts psychiatres ou psychologues auprès des tribunaux. J’ai sélectionné les déclarations les plus obscures.

Syndrome de Stockholm (Procès de Valérie Bacot)

Jeudi matin, c’était au tour des experts psychiatriques d’être appelés à la barre. Denis prieur, qui a entendu l’accusée de l’assassinat de son mari, est formel : « on constate un stress post-traumatique, de nombreuses des indices mettant en évidence une soumission, une emprise ». Il parle du « syndrome de la femme battue ». Certes, Valérie Bacot « n`exprime à aucun moment de rupture avec le réel », on ne peut donc pas parler « d’abolition de son discernement ». Pour le psychiatre, « l’épuisement émotionnel a enfermé Mme Bacot dans la certitude que seul ce geste pouvait sauver ses enfants ».

Laurence François, psychologue, a mis en lumière un des écueils du dossier régulièrement rappelé par l’avocat général. Valérie Bacot n’a pas porté plainte, n’a jamais averti personne : « elle était surveillée en permanence. C’était le règne de la terreur. » Avec le temps il est même possible qu’elle ait « fini par tolérer et même s’attacher » à son époux violent, une réaction caractéristique du « syndrome de Stockholm ». « Aucune échappatoire n’est laissée au sujet aliéné. La seule possibilité est de détruire le sujet aliénant », a conclu Denis Prieur face à la cour.