Image

Faites la liste de vos traumas passés

Le temps passe et certains traumas passés vous trottent toujours dans la tête ?TraumaC’est peut-être le moment de faire le point tranquillement, de prendre du recul et d’observer si ces traumas ont encore de l’influence sur votre vie actuelle. Comment s’en apercevoir et que faire ? En commençant par ressentir l’influence qu’ils ont sur votre corps quand vous y penser. Puis, identifiez et changez la croyance, passez de  « Quelle peur !  » à « Qu’est-ce que j’ai de la chance ! »

Une échelle de détresse de 0 à 10

Une échelle, appelée SUD pour Standard Unit Distress, indique le niveau de votre détresse. A zéro, aucune détresse dans le corps, à 10, c’est la panique. Quelquefois, l’émotion ressentie est de la colère. Voici un dessin tiré d’une planche pour enfant.

SUD

Vous pouvez cliquez dessus pour l’agrandir.

Que peut-on appeler un trauma ?

Quand le trauma est encore présent dans votre cher cerveau limbique, le corps réagit à son évocation, vous ressentez de la détresse dans votre corps quand vous y pensez. Voici des exemples :

  • Un accident de voiture.
  • La maladie d’un des parents.
  • Un cauchemar récurrent.
  • Un avortement passé.
  • La maîtresse me fait des remarques en public.

Quand il sera digéré, que la mémoire de votre cerveau limbique, l’hippocampe, sera rafraichie et remise à niveau, au temps présent, le trauma n’aura plus d’influence sur votre corps. De plus, le protocole EMDR permet de changer la croyance et d’en mettre une positive.

Les croyances associées

Cherchez la croyance associée à votre trauma. Votre cerveau limbique, dans sa recherche d’efficacité et de rapidité d’action simplifie ce qu’il a vécu en créant une croyance qui vous fera réagir rapidement, mais quelquefois maladroitement, à un événement enclencheur. Voici les événements traumatisants précédents et les croyances négatives associées :

  • Un accident de voiture : « je suis en danger ».
  • La maladie du père : « je suis impuissant ».
  • Un cauchemar récurrent : « je ne peux pas le supporter ».
  • Un avortement : « j’aurais du faire quelque chose ».
  • La maîtresse me fait des remarques en public : « je suis nul ».

Les principales croyances touchent la sécurité (je suis en danger ou en sécurité, je peux le supporter), l’estime de soi (j’ai de la valeur ou je suis nul),  la responsabilité et l’acceptation de soi (j’aurais du faire quelque chose ou j’ai fait du mieux que j’ai pu) et l’autonomie (je suis impuissant ou j’ai des choix),…

La liste des traumas passés

Vous pouvez alors lister vos traumas passés en notant votre niveau de stress, le SUD, quand vous pensez à votre trauma passé. Reprenons notre liste :

  • Un accident de voiture : « je suis en danger ». 10
  • La maladie du père : « je suis impuissant ». 8
  • Un cauchemar récurrent : « je ne peux pas le supporter ». 5
  • Un avortement : « j’aurais du faire quelque chose ». 6
  • La maîtresse me fait des remarques en public : « je suis nul ». 7

Les stimuli actuels

Quelquefois, le malaise surgit à l’occasion d’un événement enclencheur. Appelé aussi déclencheur ou stimulus, cet événement provoque l’évocation ou le malaise. Il touche un de vos sens, comme la vue de la photo d’un être cher disparu, d’un endroit où vous avez passé des vacances ensemble ou de la chambre en désordre de votre fille, le goût d’une célèbre madeleine, l’odeur de camphre ou d’alcool dénaturé, une musique d’Elton John vous rappelant vos premiers amours ou une parole qui vous fait sortir de vos gonds…

Un autre tableau, qui prend en compte cet événement enclencheur, peut récapituler vos réactions automatiques. Francine Shapiro, qui a inventé l’EMDR, l’appelle le TICES pour Triggeur (Stimulus), Image, Cognition (Croyance), Emotion et Sensation (Niveau de SUD). Ensuite, quand vous avez identifié l’émotion, vous pouvez remonter au trauma grâce à un pont d’affect.

Et maintenant, que faire ?

Dans l’immédiat, identifiez la croyance positive. Pratiquez ensuite l’EFT, la technique du papillon ou des sons de l’EMDR ou utilisez la spirale inversée. Si cela suffit, vous vous êtes débrouillés comme un grand. Si cela ne suffit pas, retournez dans un lieu sûr, prenez du recul sur vos émotions et consultez un spécialiste qui saura vous accompagner en toute sécurité dans votre trauma pour le cicatriser.

Pour aller plus loin

Lisez le livre de Francine Shapiro… en anglais. Getting Past Your Past: Take Control of Your Life With Self-Help Techniques from EMDR Therapy.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

12 réponses à “Faites la liste de vos traumas passés”

  1. nat
    30 août 2013 at 15 h 34 min #

    Mon principal trauma : moqueries a cause de mon strabisme et de mon nez toute mon enfance et adolescence. Croyance négative : je ne suis pas belle
    Comment la neutraliser et instaurer la croyance « je suis belle » dans mon esprit?

    • Michel Diviné
      30 août 2013 at 16 h 21 min #

      Cela peut venir d’un trauma ou d’une dynamique systémique (la GMM). En attendant, vous pouvez toujours faire de l’EFT et tapoter… Même si je ne me sens pas belle, je peux m’aimer complètement et profondément.

  2. nat
    31 août 2013 at 7 h 01 min #

    Merci ! <3 Je me répéterai cette phrase toute la journée :)

  3. Michel Diviné
    31 août 2013 at 9 h 13 min #

    Avec plaisir….

  4. lily
    5 mars 2014 at 10 h 10 min #

    Bonjour, J’ai 47 ans et je voudrais enfin être heureuse, j’ai comme tous à chacun des traumas qui me pèsent comme la violence physique et psychologique que mes parents m’ont fait subir, l’handicap de mon 2ème fils et dernièrement le décès de mon 1er fils. Je cherche des réponses. Qu’est-ce que ces évènements veulent ’ils me faire comprendre et pourquoi ??? Je vais essayer la technique EMDR , j’espère de tout mon cœur être enfin reliée à la vie… Merci d’avoir pris le temps de me lire. Bien à vous.

    • Michel Diviné
      5 mars 2014 at 10 h 22 min #

      Rester en vie même si des êtres chers meurent. Aimer la vie, même si l’enfance fut difficile. Aimer la vie et s’aimer malgré tout…. Puis, aimer le chemin des autres…

  5. lily
    5 mars 2014 at 12 h 15 min #

    Merci d’avoir pris le temps de me lire et de me répondre. Je dois vous avouer que simplement le fait de dire aimer la vie, s’aimer soit même me renvoie à une colère démesurée.
    Je viens de saisir que ma problématique et de comprendre et d’extérioriser celle-ci, elle est en moi depuis trop longtemps.
    J’espère que j’arriverais à prendre conscience que la vie et belle.
    Merci.
    Bien à vous.

  6. Michel Diviné
    5 mars 2014 at 12 h 23 min #

    Cette colère est celle envers les parents… Deux hypothèses fort plausibles, vos parents ont eu un avortement ou vous-même…

  7. lily
    5 mars 2014 at 13 h 16 min #

    Je suis impressionnée !!!!! Effectivement j’ai eu 2 avortements quant à ma mère je pense que oui, de plus elle a perdu un enfant, mon petit frère qui est décédé à trois semaines.
    Par ailleurs, j’ai tjrs cru que c’était ma mère qui l’avait tué… désolée de dire les choses aussi crument.C’est très troublant….
    Je vous remercie Monsieur Diviné

    • Michel Diviné
      6 mars 2014 at 8 h 17 min #

      La colère est double, celle de l’enfant envers votre mère, que vous reprenez… Et celle des enfants que vous avez perdu. La résolution la plus simple sont les constellations familiales. C’est important d’avoir de la patience et de la bienveillance pour soi en cas d’avortement.

  8. Lily
    7 mars 2014 at 13 h 51 min #

    Bonjour, je n’ai pas compris vos explications, cela demande réflexion de ma part, je trouverais peut être la réponse dans les constellations familiales.
    J’ai lu les propos en cas d’avortement, je n’ai pas tous saisie…. je ne suis peut être pas assez ouverte d’esprit ….
    Merci à vous.

    • Michel Diviné
      8 mars 2014 at 8 h 34 min #

      Dans le cas d’avortement, il arrive souvent que l’esprit ne comprenne pas tout ce que ressent l’âme….

Répondre

Afficher un lien vers mon dernier article

Comments links could be nofollow free.