Traumatismes, cerveau droit et cerveau gauche

Les traumatismes influent sur le développement du cerveau. Voyons comment…

Voici un article iconoclaste liant besoins et zones du cerveau. En partant d’un AVC célèbre de Jill Bolt Taylor et en décortiquant les zones du cerveau affectées par un traumatisme, j’ai animé une constellation familiale pour dessiner une cartographie des besoins dans le cerveau.

Lire la suiteTraumatismes, cerveau droit et cerveau gauche

Faites la liste de vos traumas passés

Le temps passe et certains traumas passés vous trottent toujours dans la tête ?TraumaC’est peut-être le moment de faire le point tranquillement, de prendre du recul et d’observer si ces traumas ont encore de l’influence sur votre vie actuelle. Comment s’en apercevoir et que faire ? En commençant par ressentir l’influence qu’ils ont sur votre corps quand vous y penser. Puis, identifiez et changez la croyance, passez de  « Quelle peur !  » à « Qu’est-ce que j’ai de la chance ! »

Une échelle de détresse de 0 à 10

Une échelle, appelée SUD pour Standard Unit Distress, indique le niveau de votre détresse. A zéro, aucune détresse dans le corps, à 10, c’est la panique. Quelquefois, l’émotion ressentie est de la colère. Voici un dessin tiré d’une planche pour enfant.

SUD

Vous pouvez cliquez dessus pour l’agrandir.

Que peut-on appeler un trauma ?

Quand le trauma est encore présent dans votre cher cerveau limbique, le corps réagit à son évocation, vous ressentez de la détresse dans votre corps quand vous y pensez. Voici des exemples :

  • Un accident de voiture.
  • La maladie d’un des parents.
  • Un cauchemar récurrent.
  • Un avortement passé.
  • La maîtresse me fait des remarques en public.

Quand il sera digéré, que la mémoire de votre cerveau limbique, l’hippocampe, sera rafraichie et remise à niveau, au temps présent, le trauma n’aura plus d’influence sur votre corps. De plus, le protocole EMDR permet de changer la croyance et d’en mettre une positive.

Les croyances associées

Cherchez la croyance associée à votre trauma. Votre cerveau limbique, dans sa recherche d’efficacité et de rapidité d’action simplifie ce qu’il a vécu en créant une croyance qui vous fera réagir rapidement, mais quelquefois maladroitement, à un événement enclencheur. Voici les événements traumatisants précédents et les croyances négatives associées :

  • Un accident de voiture : « je suis en danger ».
  • La maladie du père : « je suis impuissant ».
  • Un cauchemar récurrent : « je ne peux pas le supporter ».
  • Un avortement : « j’aurais du faire quelque chose ».
  • La maîtresse me fait des remarques en public : « je suis nul ».

Les principales croyances touchent la sécurité (je suis en danger ou en sécurité, je peux le supporter), l’estime de soi (j’ai de la valeur ou je suis nul),  la responsabilité et l’acceptation de soi (j’aurais du faire quelque chose ou j’ai fait du mieux que j’ai pu) et l’autonomie (je suis impuissant ou j’ai des choix),…

La liste des traumas passés

Vous pouvez alors lister vos traumas passés en notant votre niveau de stress, le SUD, quand vous pensez à votre trauma passé. Reprenons notre liste :

  • Un accident de voiture : « je suis en danger ». 10
  • La maladie du père : « je suis impuissant ». 8
  • Un cauchemar récurrent : « je ne peux pas le supporter ». 5
  • Un avortement : « j’aurais du faire quelque chose ». 6
  • La maîtresse me fait des remarques en public : « je suis nul ». 7

Les stimuli actuels

Quelquefois, le malaise surgit à l’occasion d’un événement enclencheur. Appelé aussi déclencheur ou stimulus, cet événement provoque l’évocation ou le malaise. Il touche un de vos sens, comme la vue de la photo d’un être cher disparu, d’un endroit où vous avez passé des vacances ensemble ou de la chambre en désordre de votre fille, le goût d’une célèbre madeleine, l’odeur de camphre ou d’alcool dénaturé, une musique d’Elton John vous rappelant vos premiers amours ou une parole qui vous fait sortir de vos gonds…

Un autre tableau, qui prend en compte cet événement enclencheur, peut récapituler vos réactions automatiques. Francine Shapiro, qui a inventé l’EMDR, l’appelle le TICES pour Triggeur (Stimulus), Image, Cognition (Croyance), Emotion et Sensation (Niveau de SUD). Ensuite, quand vous avez identifié l’émotion, vous pouvez remonter au trauma grâce à un pont d’affect.

Et maintenant, que faire ?

Dans l’immédiat, identifiez la croyance positive. Pratiquez ensuite l’EFT, la technique du papillon ou des sons de l’EMDR ou utilisez la spirale inversée. Si cela suffit, vous vous êtes débrouillés comme un grand. Si cela ne suffit pas, retournez dans un lieu sûr, prenez du recul sur vos émotions et consultez un spécialiste qui saura vous accompagner en toute sécurité dans votre trauma pour le cicatriser.

Pour aller plus loin

Lisez le livre de Francine Shapiro… en anglais. Getting Past Your Past: Take Control of Your Life With Self-Help Techniques from EMDR Therapy.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Trouver l’origine traumatique d’un comportement

En consultant un psythérapeute, un psychopraticien, un psychologue, un psychanalyste, un psymachinchose, vous attendez de lui qu’il trouve l’origine de votre comportement pour que vous puissiez évoluer sur votre chemin de vie.

En chemin

Voici un exercice simple faisant suite à l’article sur le pendule intérieur. Faites la liste de vos traumatismes et prenez un bloc de papiers. Cette technique, à la différence du pont d’affect, vous permet d’aller dans les traumas transgénérationnels.

Faites la liste de tous vos traumatismes

Voici la manière la plus simple de lister vos traumatismes :

  • Les traumatismes transgénérationnels : construisez d’abord votre génogramme et notez toutes les personnes qui ont eu un destin difficile, y compris frères et soeurs morts jeunes.
  • Les traumatismes liés à la naissance : avez-vous été séparé de vos parents pendant les 3 premières années ?
  • Les traumatismes personnels : quels sont les événements qui vous ont marqué, auxquels vous ressentez de la détresse, de la colère ou de la peur quand vous y pensez ?

Notez tous ces traumas sur différents papiers. Vous pouvez aussi remplir le questionnaire pour en avoir le coeur net.

Prenez d’abord 2 papiers

Placez d’abord 2 papiers (personne et origine du symptôme) face à face ainsi :

TestDans un premier temps, placez seulement un papier pour la personne et un papier pour la raison du symptôme en face.

Placez vous sur « votre papier ». Si vous penchez fortement en avant, attiré par le papier situé en face, c’est que la raison est toujours présente. Il arrive que l’origine ait disparu.

Puis, testez les traumatismes

Puis, placez chaque papier représentant un traumatisme un à un sur la droite. Commencez par les différents membres de la famille ayant eu un destin difficile. vous continuerez par les autres.

Si vous penchez toujours en avant, le papier à droite n’est pas important pour le comportement. Si vous penchez à droite, c’est que vous avez trouvé la raison du traumatisme. Je suis fier d’avoir inventé cette technique. Je n’en connais aucune autre aussi rapide pour connaître l’origine traumatique d’un comportement ou d’un symptôme.

Si vous n’y arrivez pas, allez consulter un spécialiste comme moi.

Pour aller plus loin

J’expose cette technique, dérivée des constellations familiales, dans mon dernier livre « À chacun sa place ».

Si vous avez des questions, laissez-moi un commentaire.

Utiliser un pont d’affect pour retrouver le trauma originel

Comment retrouver un trauma à l’origine d’un comportement indésirable ? C’est simple, par un pont d’affect, technique indispensable des thérapies brèves telles que l’hypnose éricksonienne ou l’EMDR.

Cette technique, aussi appelée « floatback », est développée par Francine Shapiro dans son dernier livre sur l’EMDR Getting Past Your Past: Take Control of Your Life With Self-Help Techniques from EMDR Therapy. Elle conseille à chaque personne de faire la liste de ses traumas passés et des événements actuels ou récents avec qui vous n’êtes pas en paix. Ici, nous partons d’un événement récent pour trouver les liens avec le passé non recomposé et à traiter.

1. le point de départ

Partez d’un événement récent ou d’une croyance négative qui vous déstabilise. Voici quelques exemples :

  • La dernière fois que j’ai vu ma mère.
  • Je pense que je suis bloqué (e).
  • Je ne peux pas réussir.
  • Un client a annulé sans me prévenir.
  • Ma dernière formation en communication non violente.

Si vous n’avez qu’un événement, trouvez la croyance négative ou la sensation associée (une boule dans la ventre, un blocage dans la gorge…)

2. Parcourez le pont vers le passé

Cumulez une image (du dernier événement), le dialogue interne (la croyance négative) et la sensation dans le corps. Fermez les yeux. et laissez-vous retourner dans votre passé.

En hypnose, dans le protocole de Restructuration d’Histoire de Vie appelée RHV, il est suggéré de prendre un moyen de locomotion  (un tapis volant, un autobus, un vélo, un train..) qui favorise ce retour dans le passé.

Notez les événements qui vous viennent à l’esprit et le niveau de détresse associé (appelé SUD pour Subjective Unit of Distress). A 0 pas de détresse, à 10, vous êtes en pleine détresse.

3. Notez les événements les plus traumatisants

En laissant venir des images ou en sortant de votre moyen de transport, listez les traumatismes les plus anciens avec le niveau de détresse le plus élevé. Vous pouvez aussi noter votre âge. Voici quelques exemples.

  • A 6 ans, je suis sur le tapis de la salle à manger pendant des tirs d’obus en Algérie. SUD 7
  • A 7 ans, je retourne à l’internat militaire le dimanche soir. SUD 10
  • A 10 ans, je suis seul à l’hôpital. SUD 5

4. Placez ces événements à côté des événements récents

Ceci, afin de tenir à jour la liste des événements à pacifier. Vous pouvez rajouter la croyance négative associée à ces événements du passé. La plupart du temps, c’est la même que l’événement de départ.

  • A 6 ans. Je suis en danger. SUD 10
  • A 7 ans. Je suis impuissant. SUD 7
  • A 10 ans. Je ne peux pas le supporter SUD 5

Le niveau de détresse peut aussi changer en fonction de la croyance négative.

La suite ?

Cela dépend du niveau de détresse de votre trauma et de votre capacité à rester zen. Si le niveau de détresse est égal ou supérieur à 5, si vous n’arrivez pas à vous centrer facilement en pensant à un lieu sûr, faites appel à un thérapeute.

Pour aller plus loin

Vous avez des remarques ? Laissez-moi un commentaire.

Pourquoi une séparation peut-elle être si difficile ?

Peine de coeur

Vous êtes en instance de divorce ? Vous souffrez d’une séparation et vous ne comprenez pas votre douleur ? C’est possible car cela provient souvent d’un autre trauma… d’une autre peine de coeur.

Peine de coeur

L’origine peut être systémique

En souffrant, vous rappelez une histoire non close et digérée. Voici quelques exemples.

  • Vos parents ont perdu des enfants ? Vous confondez votre partenaire et votre frère ou soeur. De vous séparer de votre mari ravive la douleur de la perte de votre frère. Inconsciemment bien sûr. Ce cas est, de loin, le plus fréquent.
  • Vous êtes une femme et votre grand-mère a perdu son père jeune ? Votre séparation entre un homme et une femme ravive l’événement tragique de la perte du père de votre mère. Dans son cas, un homme s’en est allé et le départ a été douloureux.
  • Vous êtes un homme et votre mère a connu un homme avant votre père ? Vous êtes identifiés à ce premier amour, surtout si la séparation a été difficile. Vous ravivez la souffrance de votre mère. C’est le même cas si elle a perdu un frère… a qui vous êtes identifiés.
  • Vous êtes une femme et votre père a quitté une femme pour se marier avec votre mère ? Vous êtes identifiés avec cette première femme. Vous ravivez sa douleur pour la rappeler. Si votre père a connu une maîtresse pendant le mariage, vous pouvez être toujours attiré par des hommes indisponibles.

Le mouvement interrompu vers la mère

Cette difficulté de revenir à soi peut provenir d’une naissance difficile ou d’une séparation précoce. La séparation avec le partenaire ravive la séparation primitive avec la mère… Vous confondez votre partenaire avec votre mère, que vous soyez un homme ou une femme.

Des traumatismes personnels

 Enfin, nous avons les traumatismes personnels. Parmi les plus courants…

  • Vous avez connu un grand amour, un partenaire précédent qui est mort ou qui a fait une tentative de suicide ? C’est courant quand vos parents ont perdu des enfants. Vous recherchez l’âme sœur.
  • Vous avez perdu un enfant, mort jeune, fausse couche ou avortement ? Dans ce cas, vous ravivez la douleur de la perte de l’enfant. Souvent, vous préférez rester en colère contre le partenaire et la séparation est… interminable tant que le deuil de l’enfant n’est pas effectué.

Comment faire pour aller mieux ?

Choisissez la thérapie correspondante :

  • Constellations familiales pour l’origine systémique.
  • Thérapie de l’étreinte pour le mouvement interrompu.
  • EMDR pour les traumatismes dont vous avez un souvenir.
  • Vous pouvez toujours faire de l’EFT en répétant « même si je souffre de cette séparation, je m’aime et je m’accepte complètement et profondément ».
  • Un protocole de PNL pour vous défaire le lien.

Vous vous sentez concernés ? Ecrivez-moi.

 

Quels sont les liens entre trauma, croyance et comportement ?

Un traumatisme génère-t-il toujours une croyance ? D’où provient le comportement que vous voulez modifier, votre symptôme ? Comment s’en débarrasser ? Suffit-il d’oublier ? Et si je ne me souviens de rien ? Que faire pour guérir ?

Toutes ces interrogations soulèvent la question du lien entre trauma, croyance et comportement. Prenons un exemple.

Lire la suiteQuels sont les liens entre trauma, croyance et comportement ?

Thérapie EMDR ou EFT, que choisir ?

thérapie EMDR

Parmi les thérapies dites « énergétiques » sont connues la thérapie EMDR (Eye movement desenzitisation and reprocessing) et la thérapie EFT (Emotional Freedom Technique). Examinons les différences à la loupe…

Une technique est-elle plus efficace que l’autre ? Laquelle employer ? Commençons par les décrire brièvement.

Lire la suiteThérapie EMDR ou EFT, que choisir ?

Quelles sont les 3 causes de l’angoisse et comment en sortir ?

Vous vous sentez mal, vous avez les genoux qui tremblent ou avez une boule dans la gorge ou dans le ventre ? Vous avez peur d’être seul, en insécurité ? Cela dure depuis longtemps ? Vous avez du mal à vous endormir ?

Quelle est la cause de cette angoisse et comment aller mieux ?

Lire la suiteQuelles sont les 3 causes de l’angoisse et comment en sortir ?