Manger à sa faim

Voici une méditation destinée aux personnes dépendantes à la nourriture et aux sucreries et qui veulent manger à leur faim, qui désirent s’arrêter quand elles n’ont plus faim. Vous pouvez la télécharger et l’écouter quand vous voulez. Une vidéo d’une chanson sur l’abus des boissons sucrées que j’adore. Si vous avez des remarques, laissez-moi un … Lire la suite Manger à sa faim

Comment profiter du confinement ?

Comme moi, vous devez être nombreux à rester pendant de longs moments chez vous. Et ceci jusqu’au 11 mai au minimum. Que pouvez-vous faire pour profiter de cette période ? Voici quelques réflexions personnelles pour prendre soin de soi ou des autres : célébrez la vie, occupez-vous de votre corps, adoptez des routines et laissez-faire. … Lire la suite Comment profiter du confinement ?

Un exemple d’arrêt du tabac

Voici un exemple assez rapide d’arrêt du tabac en suivant mon protocole. Rappel du protocole Il se déroule en trois phases : Tout d’abord, couper la dynamique morbide en étant en paix avec la mort des parents et sa propre mort. Souvent les addictions ont comme origine la mort d’un frère ou d’une soeur (fausse … Lire la suite Un exemple d’arrêt du tabac

Comment supporter le manque

Voici un complément à mon protocole destiné aux addictions.

Comment résister à une Hefeweisse ?

Quelquefois, la remise en question de la morbidité et la mise en avant du besoin supérieur et du besoin recherché ne suffisent pas. Je l’ai donc complété en traitant le comportement addictif en faisant visualiser la solution.

Lire la suiteComment supporter le manque

Dépressions, antidépresseurs, le dernier livre de P. Even et B. Debré

 J’ai beaucoup aimé Dépressions, antidépresseurs : le guide le dernier livre de P. Even et Bernard Debré.

Voici un article recensant une partie de son contenu en indiquant la subjectivité de ces « maladies » et l’effet des psychotropes…

Lire la suiteDépressions, antidépresseurs, le dernier livre de P. Even et B. Debré

Traumatismes, cerveau droit et cerveau gauche

Les traumatismes influent sur le développement du cerveau. Voyons comment…

Voici un article iconoclaste liant besoins et zones du cerveau. En partant d’un AVC célèbre de Jill Bolt Taylor et en décortiquant les zones du cerveau affectées par un traumatisme, j’ai animé une constellation familiale pour dessiner une cartographie des besoins dans le cerveau.

Lire la suiteTraumatismes, cerveau droit et cerveau gauche

Quelle est votre prochaine pensée ?

J’ai inventé un exercice très simple, inspiré d’une question d’Eckart Tolle, pour calmer vos pensées récurrentes.

pensée

Il repose sur une approche en 3 temps et une simple question : « quelle est votre prochaine pensée ? » Voici cet exercice avec un exemple anodin.

Les 3 temps de l’exercice

Pour clarifier votre pensée et prendre une décision, nos 3 temps de base sont nécessaires : faire une pause, réfléchir et décider. Dans la phase de réflexion se trouve souvent la prise de conscience du stimulus. Ici, ce stimulus est la pensée. Le troisième temps consiste à se décider… à simplement prendre conscience de la suivante et de recommencer jusqu’à ce que le vide ou une pensée positive s’ensuive.

1. Faire une pause et respirer

Dans un premier temps, faites une pause pour ralentir le rythme et prendre du recul sur vos pensées.

2. Prendre conscience de sa pensée

Puis, dans un deuxième temps, prenez conscience de votre pensée. Quelle est-elle ? Est-elle à l’intérieur ou à l’extérieur de vous ? Si elle est à l’intérieur, mettez-la à l’extérieur. Cela peut être difficile pour les personnes kinesthésiques, le K du VAKO. Elle doivent s’entraîner à ressentir leurs visions…

3. Respirez et posez-vous la question « Quelle est ma prochaine pensée ? »

Enfin, voici le dernier temps d’une boucle. Après avoir identifié votre réflexion actuelle, posez-vous cette question :

Quelle est ma prochaine pensée ?

D’autres questions sont possibles, telles que  : cette pensée est-elle utile ? Et si c’était vrai, quelle serait la conséquence ?

Et laissez la réponse venir à vous.

  • S’il y en a une, recommencez l’exercice. Placez-la à côté de la première. Faites une pause, respirez et reposez-vous la question.
  • S’il n’y en n’a pas, réjouissez-vous, vous avez arrêté l’autoallumage.

Normalement, au bout d’un certain temps, les pensées s’arrêtent ou deviennent positives. Néanmoins, s’il y en a plus de dix, notez les réponses et continuez l’exercice plus tard. Sinon, vous risquez de vous fatiguer.

Un exemple ? Je n’y arriverais jamais.

Prenons comme exemple une pensée extrêmement rare : « je n’y arriverais jamais ». Voici les pensées suivantes et leur localisation dans l’espace.

Je n’y arriverais jamais.

Cette pensée est sur mon côté gauche, à côté de mon oreille. Je la place devant moi en bas à droite. Et j’attends la suivante.

Ce n’est pas exact, tu viens de réussir à la changer de place.

C’est faux, trouve une pensée positive.

Je peux y arriver.

Je peux réussir ce qui est important pour moi.

Je peux me donner du temps pour réussir.

C’est la fin, je n’ai plus de pensées, c’est le vide. Elles sont devant moi, venues se placer les unes à la suite des autres, de ma droite à ma gauche, comme des petites balles roses sympathiques. En conclusion, j’ai remplacé la croyance « je n’y arriverai jamais » par « je peux me donner du temps pour réussir ».

Pour aller plus loin

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.