Connaissez-vous le jeûne intermittent ?

Cela fait maintenant plus de deux ans que je jeûne une fois par semaine, tous les mardis. Suite à la lecture d’un des rares livres sur le sujet, en voici le compte rendu et ce qu’il me donne envie d’expérimenter.
Je parlerais donc de l’intérêt d’un régime intermittent, de deux rythmes de croisière et d’un bref calcul calorique me poussant à sauter un repas supplémentaire.

Insuline et hormone de croissance

Le londonien Michael Losley, qui compte donc en pouces, pounds et stones, a commencé par jeûner 4 jours sous la supervision de Valter Longo, directeur de l’institut de longévité à l’université de Californie du Sud, connu pour ses travaux sur des souris jeûneuses chimiothérapisées. Puis, il a testé le jeûne AD puis le 5:2.

L’insuline

L’insuline transforme les glucides ingérés en lipides dans le foie. Quand vous en avez besoin, vous avez la réaction inverse grâce au glucagon. Insuline et glucagon sont produits dans le pancréas. Quand vous mangez régulièrement ou grignotez, votre taux d’insuline reste élevé. De jeûner met au repos votre pancréas, sa production d’insuline et son taux redevient bas.

L’hormone IGF-1

L’hormone facteur de croissance qui ressemble à l’insuline ou L’Insulin-Like Growth Factor 1 ou IGF-1 permet la croissance des cellules, indispensable si vous êtes jeune, problématique si vous êtes âgés. Une peuplade équatorienne, atteinte du syndrome de Laron et dont leur corps ne répond pas à cette hormone, ne connaissent pas le cancer.

Le jeûne influe sur la production de ces 2 hormones et permet aussi la réparation des gênes. Quel jeûne ? Voici deux exemples étudiés par des hommes de science.

Quel jeûne intermittent ?

Pendant les périodes de diètes, la consommation est de 25% dans les deux régimes, un jour sur deux pour le ADF et 2 jours sur 7 dans le 5:2. Un homme consomme normalement 1200 calories et une femme 1000 calories par jour.

Alternative Day Fasting

Dans ce régime étudié par Krista Varady de l’université de l’Illinois, le régime est de 100% un jour et 25% le jour suivant, soit une baisse totale de la consommation de 37.5%. Le résultat de huit semaines de ce régime fut la baisse en cholestérol HD et de la tension.

Le régime 5:2

Il consiste à jeûner à 25% (consommer 300 calories pour un homme) 2 fois par jour (250 calories pour le matin et 350 pour le soir), soit une baisse de consommation de 21%.

En conclusion, un bref calcul calorifique

Aujourd’hui, je pratique un jeûne intermittent d’un jour sur 7, soit une restriction calorique de 14% (1/7). Le régime 2/5 propose de jeûner 2 jours à 25%, soit, de 150% ou un jour et demi par semaine, soit de 21%.

Les repas type d’une journée apportent 25% le matin, 40% à midi et 30% le soir (cela dépend des sources), les 5% restant sont ceux de à 17 heures…. Le gros pain blanc avec les 2 gros carrés de chocolat de notre enfance.

Donc je vais jeûner un jour complet le mardi et sauter un repas de midi le vendredi.

Pour aller plus loin

A lire sur papier

Le livre de référence Le régime FAST.

A lire sur le Net

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Un an de jeûne intermittent

Cela fait un an que je jeûne un jour par semaine, le mardi. C’est ce que prescrit la médecine ayurvédique que pratiquait Gandhi.GandhiQuelles étaient mes motivations de départ, comment cela s’est-il passé et quel a été le résultat ?

Mes motivations de départ

J’avais l’impression de ne pas respecter mon corps entre 2 jeûnes d’une semaine environ et une personne sur le forum de jeûne et santé avait signalé qu’il s’était débarrassé de ses acouphènes en jeûnant une fois par semaine pendant 3 ans. Comme j’ai des acouphènes depuis plus de 20 ans, j’ai voulu essayer. J’ai choisi le mardi, car je préfère éviter le week-end et j’aime bien aller au marché le mercredi.

De plus en plus d’articles circulent sur Internet vantant le jeûne intermittent, celui-ci pouvant varier de 18 à 36 heures si vous sautez 2 ou 3 repas pendant une journée. Une journée complète m’a paru le plus simple.

Comment cela s’est passé ?

Voici les points qui me paraissent importants…

  • Mon poids n’est pas descendu dramatiquement, de quelques kilos seulement et, d’une manière générale, je récupère pendant la semaine celui que j’ai perdu dans la journée de jeûne (environ 800 grammes). De jeûner me permet surtout de récupérer un poids « normal » après des week-ends « chargés ». J’ai essayé de calculer les proportions d’eau, de muscles ou de graisses que j’ai perdu avec plusieurs balances sophistiquées. Les résultats sont aberrants et diffèrent. Je ne m’y fie plus.
  • J’ai jeûné une semaine entière quand j’ai eu l’impression d’en avoir envie, précédé d’un nettoyage du foie selon la méthode d’Hulda Clark et cela m’a fait un très grand bien.
  • J’ai continué à visualiser des cours de cuisine que j’ai acheté sur Internet, à l’atelier des chefs. Je peux ainsi apprendre de nouvelles recettes et planifier mes achats du lendemain, pickles, salade grecque en brunoise… Un régal.

Pour quels résultats ?

Les bienfaits sur mon corps et sur mon esprit

Mon corps et mon esprit en ont largement profité :

  • Je n’ai jamais vraiment eu faim et je me sens beaucoup mieux dans mon corps. Je continue à faire du vélo et à courir de temps en temps. J’ai l’impression d’être moins essoufflé le jour du jeûne, d’avoir nettoyé mes poumons alors que j’ai fumé.
  • Au début, mes pensées étaient accaparées par le jeûne. Il m’arrivait même de rêver la nuit que j’avais mangé. Paradoxalement, cette fixation permet de lâcher prise sur le reste. De quoi ai-je réellement besoin si je peux me passer de manger ? Maintenant, j’ai beaucoup moins de pensées obsédantes et je peux regarder des cours de cuisine en me réjouissant à l’avance de les cuisiner et de les savourer.
  • Je garde cette journée comme une journée « à moi ». Je préfère refuser les invitations, ne rien faire et profiter du beau temps pour sortir à l’heure du déjeuner quand c’est possible.
  • Je ressens vraiment les bienfaits le jour de la reprise. Je vais au marché le matin et je « revis ». Je considère même les autres jours de la semaine comme un luxe où je peux manger « normalement » et profiter de ces plaisirs.

Je me sens mieux dans mon corps chaque semaine et cela me rassure de prendre ainsi soin de ma santé, effet placebo ou non.

En conclusion

J’ai vraiment du plaisir à remanger le lendemain et je continue en me donnant la possibilité d’arrêter, pour ne pas le vivre comme une privation. J’ai toujours mes acouphènes et je me demande quelle serait la prochaine étape ? La cure de Breuss dure 42 jours et je ne sais si je pourrais la faire. Je préfère continuer mon jeûne intermittent pendant plusieurs années, tout en jeûnant une semaine quand l’envie se présente.

Pour aller plus loin

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.